Jump to content
Sign in to follow this  
Guest

Histoire de RFI

Recommended Posts

Guest

Si RFI m'était contée

Par Jacqueline Papet

Si RFI m'était contée est une série de 25 émissions que RFI consacre à son histoire et qui sera diffusée quotidiennement à partir du 26 juillet et jusqu'à la fin du mois d'août . Cette histoire "sonore" de plus de 70 ans s'inscrit dans l'histoire de la France, mais aussi dans celle de la diplomatie internationale. Ce voyage dans le passé s'effectue à travers des documents d'archives, des interviews d'acteurs de l'époque et des témoignages d'auditeurs.

Si RFI m'était contée - Chronologie

Du lundi au jeudi à 19h40 (du 26 juillet au 26 août)

(en place de RFI soir reportage)

Le lundi 26 juillet : 1931-1939 / naissance du poste colonial mais déjà des nuages

Instrument de communication à destination de ses expatriés - les 100 millions d'auditeurs de la « grande France, le Poste Colonial créé en 1931 à l'occasion de l'exposition universelle se transforme rapidement en instrument de la diplomatie. Depuis l'accession d'Adolf Hitler en 1933 à la chancellerie, l'Allemagne inonde le monde de sa propagande raciste et il s'agit de lui répondre pendant qu'il en est encore temps...et dans toutes les langues utiles...En 1938 à la veille de la seconde guerre mondiale, le Poste Colonial, devenu Paris ondes courtes puis Paris Mondial diffuse ses émissions en 30 langues.

Le mardi 27 juillet : 1939-1944 / la guerre des ondes

Septembre 1939. Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne déclarent la guerre au chancelier Hitler. Après une courte bataille, la Wehrmacht occupe Paris le 14 juin. Sur les ondes de la radio française le maréchal Pétain appelle le 17 juin à cesser le combat. Le lendemain le général de Gaulle utilise lui aussi la radio mais de Londres pour refuser la capitulation. Dès lors pendant 4 ans la radio sera un instrument de résistance pour ceux de la France Libre qui utiliseront la BBC et Radio Brazzaville tandis qu'à Vichy, le gouvernement pétainiste cherchera à renouer les liens avec l'empire en lançant « la voix de la France » puis « la France fidèle » et enfin « la France musulmane ».

Le mercredi 28 juillet : 1945-1947 / la reconstruction puis la chute

La France n'est pas encore libérée que le général de Gaulle signe à Alger le 22 juin 1944 une ordonnance pour réquisitionner toutes les radios publiques et privées. Il connaît trop bien l'importance de ce media que ses partisans et lui-même ont su utiliser de 1940 à 1944. Philippe Desjardins, l'homme de Radio Brazzaville se voit confier la responsabilité des Emissions vers l'Etranger. Il réussit à les relancer dès le 1er janvier 1945. Très vite, 20 sections de langue vont émettre vers 46 pays grâce à trois émetteurs de 150 kW. En janvier 1946, la démission du général de Gaulle de la présidence du conseil met fin à cette période de reconstruction

Le jeudi 29 juillet : 1948-1956 / la guerre froide

Déjà perceptible dès le lendemain de la victoire des forces alliées contre l'Allemagne nazie, la coupure entre l'Est sous la tutelle de l'Union Soviétique et l'Ouest tirée par les Etats Unis s'affirme de plus en plus jusqu'à la premier crise ouverte par le sort de Berlin le 24 juin 1948. Dans cette guerre froide qui s'installe pour plusieurs années les radios vont jouer un rôle important. Les Emissions vers l'Etranger de la France manquent de moyens. Les Américains mettent le paquet en finançant par des fonds spéciaux deux radios : Radio free Europe et Radio Liberty. En 1953 la mort de Staline et l'armistice en Corée entraînent une période de détente qui sera de courte durée. Les émeutes de Budapest en 1956 relancent la tension.

Le lundi 2 août : création de la SORAFOM. les indépendances en marche

Né en 1931 le Poste Colonial, rebaptisé Paris Mondial en 1938 se divise en deux branches au lendemain de la seconde guerre mondiale. L'une a vocation internationale. C'est le temps de la guerre froide et l'on privilégie les cibles de l'Europe de l'est. L'autre s'adresse aux colonies dont le statut est appelé à évoluer. Car depuis la conférence de Brazzaville de 1944, la France s'est engagée sur le chemin des indépendances. L'Union française succède à l'empire. A partir de 1954, Pierre Schaeffer, un homme hors du commun a l'idée de créer un société, la SORAFOM (la Société de la Radiodiffusion de la France d'Outremer) dont l'objectif est de créer en Afrique des radios locales, africaines et décolonisées .

Le mardi 3 août : repenser la coopération

Après la loi cadre de Gaston Deferre en 1956 accordant une certaine autonomie aux colonies de la France, c'est en septembre 1958 le référendum organisé par le général de Gaulle revenu aux affaires en faveur d'une communauté franco-africaine. Pendant ce temps, la SORAFOM (la Société de la Radiodiffusion de la France d'Outremer) poursuit sa triple activité : la mise en place des radios africaines, la production de magazines adaptés à ces radios et la formation des cadres pour les diriger. Après les indépendances, la SORAFOM devient l'Office de Coopération radiophonique. On invente de nouvelles formes de coopération qui débouchent par exemple sur des concours pour découvrir des talents culturels.

Le mercredi 4 août : les émissions en langue arabe et berbère

Après la Tunisie et le Maroc, l'Algérie accède en juillet 62 à l'indépendance après une guerre meurtrière qui aura duré de 1954 aux accords d'Evian. A travers l 'histoire récente de ces trois pays, force est de constater que la radiodiffusion a joué un rôle considérable dans la naissance des mouvements nationalistes et la prise de conscience par les peuples de la nécessité de s'engager pour obtenir leur indépendance. Dans la cas de l'Algérie, c'est à une véritable guerre des ondes que l'on assiste. D'un côté « la voix des Arabes » et « la voix de l'Algérie Libre » émettant du Caire. De l'autre les Emissions en Arabe, en Kabyle et en Français diffusées à partir de Paris ou d'Alger.

Le jeudi 5 août : de 1956 à 1963 / un déclin progressif

La France n'occupe en ces années 1960 que la 17ème place du palmarès des radios internationales. Les moyens manquent mais surtout l'ambition politique. Certains avaient espéré que le retour du général de Gaulle à la tête du pays allait s'accompagner d'une relance de l'action radiophonique extérieure .Ce ne sera pas le cas. Certes, le Yiddish est lancé en 1958 mais il faudra attendre 1960 pour des émissions en russe. Et comme « la détente, l'entente et la coopération « sont bientôt à l'ordre du jour , le ministère des affaires étrangères ne tient pas à ce que les sections émettant sur l'est participent à la guerre radiophonique qui opposent britanniques et américains d'un côté , soviétiques de l'autre. En 1963 une vague de restrictions budgétaires conduit à l'abandon du vietnamien lancé en juillet 1961, la suppression des émissions vers l'Allemagne et l'Angleterre et la réduction des programmes très écoutés vers l'Espagne franquiste.

Le lundi 9 août : de 1963 à 1968 / Opération « Rose des vents »

C'est Edouard Balladur, maître des requêtes et conseiller de Robert Bordaz directeur de la RTFqui est chargé en 1963 de reconsidérer l'action radiophonique extérieure de la France.Le ministère des affaires étrangères considère que les émissions en ondes courtes vers l'étranger lui coûtent trop cher et persiste dans l'idée qu'elles ne sont pas entendues. En 1964, un polytechnicien, Georges Pointeau qui travaille aux Emissions vers l'Etranger organise un gigantesque sondage qui aura pour nom « la rose des vents ». Objectif : tester l'efficacité des moyens techniques disponibles. Les résultats vont au delà de ce que l'on pouvait espérer : plus de 45 000 lettres confirment que l'auditoire existe. Malgré cela, aucun plan de relance n'est envisagé. Quatre ans plus tard, les événements de mai 58 qui secouent la France vont également bouleverser l'audiovisuel et notamment l'audiovisuel extérieur.

Le mardi 10 août : de 1969 à 1974 / naissance de la DAEC mais les émissions en langues sont laminées par l'éclatement de l'ORTF

Après s'être appelé le poste colonial, Paris-Mondial, Emissions vers l'Etranger, direction des affaires extérieures , notre radio change une nouvelle fois ce 1er janvier 1969 d'identité et d'objectif : l'Office de coopération radiophonique l'OCORA est en effet absorbé par les émissions vers l'étranger de l'ORTF. Le nouvel ensemble s'appelle : Direction des Affaires Extérieures et de la Coopération (DAEC). C'est un ensemble hétérogène avec des missions nombreuses et variées et différentes tutelles : les émissions en direct dépendent du ministère des affaires étrangères, les activités de coopération sont financées par le ministère du même nom et les programmes pour les travailleurs immigrés sont payés par l e ministère du travail. En 1974, le nouveau président de la République Valery Giscard d'Estaing décide de supprimer l'ORTF qui laisse place à sept sociétés. La loi d'août 1974 lamine les émissions vers l'étranger : 14 des 17 langues disparaissent.

Le mercredi 11 août : 1975, Radio France Internationale, la cinquième chaîne de Radio

Radio France Internationale voit le jour en janvier 1975. Encore meurtrie par le démantèlement de l'ORTF et la suppression de 14 des 17 langues pratiquées dans les émissions en direct , elle doit s'intégrer dans la nouvelle société de Radio France . Financée par la redevance et le ministère des affaires étrangères, RFI se tourne résolument vers l'Afrique, zone privilégiée de l'influence française dans le Tiers Monde. Une chaîne sud est crée qui va émettre de 6 heures du matin à 22 heures le soir en français -sauf une heure en anglais pour l'Afrique anglophone -des programmes spécifiques et des émissions de France Inter. Très rapidement cette chaîne rencontre l'adhésion des auditeurs.

Le jeudi 12 août : de 1976 à 1981, la chaîne sud s'affirme. RFI lance une chaîne Ouest puis une chaîne Est.

Plus de 33000 lettres reçues à RFI en 1977.la chaîne sud s'est affirmée et confirme son succès. Les auditeurs qui vivent en Afrique se voient toujours offrir les principales émissions de France Inter-autre chaîne de Radio France - mais aussi des programmes qui leur sont destinés et qui répondent visiblement à leur attente : du sport, du cinéma, des émissions sur la santé, sur la littérature et le soir des rencontres avec la musique afro-américaine. En février 1976, RFI décide de diversifier son écoute en lançant une chaîne ouest pour les francophones de la côte ouest des Etats Unis et de l'Amérique centrale mais en relayant purement et simplement les programmes de France Inter. En 1977 une chaîne Est est inauguré avec à partir de septembre une heure d'informations spécifiques. Cette même année verra le retour d' émissions quotidiennes en portugais sur les antennes de RFI.

Le lundi 16 août : 1981 / la relance de RFI

François Mitterrand s'installe à l'Elysée le 10 mai 1981. Le vent du changement souffle sur l'audiovisuel public. A Radio France, une femme succède à une autre femme, Michèle Cotta s'installe dans le fauteuil de Jacqueline Baudrier. Elle fait appel à Hervé Bourges pour devenir le nouveau patron de RFI. Tiers-mondiste affirmé, auteur du livre « décoloniser l'information », Hervé Bourges fait adopter par le gouvernement un plan quinquennal de développement. Ce plan prévoit un service mondial en français et la création de rédactions de langues étrangères. Déjà fin 1981, l'état de guerre décrété en Pologne par le général Jaruzelski a conduit RFI à relancer les émissions en langues polonaise vers la Pologne en trois jours seulement.

Le mardi 17 août : de l'autonomie à l'indépendance

Le 29 juillet 1982 une nouvelle loi sur l'audiovisuel fait de RFI une société nationale filiale de Radio France. Le 30 septembre 1986 un nouveau texte adopté par le parlement accorde l'indépendance à Radio France Internationale . Entre ces deux dates, RFI recrute à tour de bras ce qui lui permet de poursuivre son développement en français et de reprendre des émissions en langues étrangères : après le polonais, c'est le russe -en septembre 83- le roumain à partir de juin 1984, le créole en septembre 1985 . Au début de 1986 sont annoncées de prochaines émissions en serbo-croate. La direction augmente les émissions en espagnol et en portugais vers l'Amérique Latine et y ajoute du français. L'Afrique anglophone n'est pas oubliée avec des tranches supplémentaires le matin. Le 22 février 1985, le centre émetteur de Monsinéry en Guyane est inauguré : quatre émetteurs de 500 kilowatts qui vont permettre une meilleur réception des émissions sur le continent américain mais aussi en Afrique.

Le mercredi 18 août : 1986-1989 / RFI devenue société indépendante

1986 : c'est la cohabitation en France. La droite est redevenue majoritaire au parlement en mars 1986 et elle veut à son tour légiférer sur l'audiovisuel. Après la loi Fillioud voici venue la loi Léotard dont on retiendra la privatisation de la première chaîne de télévision et l'indépendance accordée à RFI qui quitte Radio France dont elle était une filiale depuis 1982. Mais l'accouchement a été douloureux après les accusations portées contre notre station accusée de déviance gauchiste. Henry Tézenas du Montcel, premier PDG de RFI , universitaire, économiste libéral arrive en décembre 1986 avec une équipe renouvelée . Il entend poursuivre le développement de RFI , s'ouvrir sur l'Asie, développer l'anglais et lancer d'autres langues étrangères dont l'Arabe et le Persan. A la même époque éclate l'affaire Oufkir provoquées par des révélations exclusives sur l'antenne de RFI.

Le jeudi 19 août : 1990-1993 / vers une chaîne spécialisée dans l'actualité

Les français s'habituent à l'alternance politique, les salariés de RFI aussi. Après l'économiste libéral, Henri Tezenas du Montcel, voici l'énarque André Larquié, fier de l'amitié que le premier ministre Michel Rocard lui porte. Le 20 décembre 1990 il signe avec l'Etat un contrat d'objectifs (le deuxième après le plan quinquennal d'Hervé Bourges) qui fixe le cadre de développement de RFI jusqu'en 1995. Il prévoit le lancement de nouvelles langues (mandarin, vietnamien et persan), le renforcement du parc d'émetteurs et la modernisation des modes de diffusion autrement dit l'implantation de FM dans le monde. La crise puis la guerre du golfe va conforter la place prioritaire donnée à l'information par RFI. D'autant que la secousse provoquée par la chute du bloc communiste dans « l'autre Europe « est ressentie en Afrique. La démocratisation est en route et avec elle la naissance de médias indépendants. RFI a enfin des concurrents.

Le lundi 23 août : 1993-1996 / une radio d'information en continu

Fin 1992, André Larquié est reconduit pour un nouveau mandat de trois ans. Il poursuit la mise en ouvre du contrat d'objectif signé en décembre 1989 : lancement du lao et du kmer en avril 1993, du turc en décembre de cette même année, de Radio Sofia en 1995..développement des chaînes régionales avec la création de trois antennes : Afrique, Europe et Paris Ile-de-France, multiplication des modulations de fréquences à travers le monde tout en confortant les ondes courtes à Issoudun et à Monsinery , utilisation à partir de 1994 du réseau internet. La grille de rentrée de septembre 1995 accentue encore le recentrage de RFI sur l'information, une information internationale à travers un prisme français avec des chroniques signées de grands éditorialistes et un double rendez vous quotidien avec deux journaux » le Monde » et »le Figaro « Un nouveau pas est franchi par Jean-Paul Cluzel, nommé PDG de RFI en novembre 1995, avec le lancement d'une radio d'information en continu.

Le mardi 24 août : RFI, une radio et bien d'autres choses encore

Héritage de son histoire, RFI n'est pas seulement une radio mais une société à multiples missions. Dans les années 60, la décolonisation par la France de ses territoires situés en Afrique et dans le Maghreb entraîne une double conséquence pour la radio extérieure de la France : il lui faut aider les radios des pays nouvellement indépendants -c'est la coopération - et s'adresser aux travailleurs algériens qui vivent en France et qui seront rejoints rapidement par d'autres étrangers -ce sont les émissions pour les communautés. La documentation de RFI et sa discothèque se construiront autour de ces deux pôles. Un service de formation international, une agence de presse écrite, la réalisation de cours de français , la programmation d'un fil musical sont autant d'activités diverses qui s'ajoutent au fil de son histoire à la mission première de RFI, radio internationale d'information .

Le mercredi 25 : 1996-2000 / la radio tout actu cherche son auditoire

C'est fait depuis le 16 septembre 1996 : la radio tout actu fonctionne. Le service mondial en français est passé de 18 éditions à 58 dont dix sont dédiées à l'Afrique. Les premiers sondages sur l'Afrique ne sont pas bons mais l'actualité très riche semble donner raison au choix du reformatage et après une période de flottement, les auditeurs reviennent . Sous la houlette d'Alex Taylor, les magazines ancienne manière laissent place à de nouveaux programmes d'actualité de vingt minutes qui encadrent les journaux de dix minutes. En septembre 1997, un nouveau directeur de l'information Gilles Schneider arrive. Dans les langues, on reformate aussi et on adapte le contenu des émissions aux nouveaux auditeurs qu'il faut conquérir. Au printemps 1999, la guerre éclate dans les Balkans et RFI commence à émettre en albanais.

Le jeudi 26 août : 2000-2004 / RFI dans le troisième millénaire

Cette dernière page de l'histoire de RFI s'achève sur une actualité internationale marquée par la violence et les guerre. Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 contre New York et Washington ébranlent les Etats-Unis et bouleversent l'Occident. Trois semaines plus tard, l'administration Bush déclare la guerre aux talibans qui protègent en Afghanistan Oussama Ben Laden. En effectuant son travail de reporter, Johanne Sutton trouve la mort le 11 novembre dans le nord est de l'Afghanistan avec deux autres journalistes. Très vite on perçoit la détermination de Georges Bush de vouloir renverser le régime irakien de Saddam Hussein. Les journalistes et les techniciens de RFI sont sur tous les fronts. RFI va vivre un nouveau drame personnel avec l'assassinat le 21 octobre 2003 de jean Hélène à Abidjan par un sergent de police.

Si RFI m'était contée - Thématique

par Jacqueline Papet

le samedi 19h40, rediffusion le dimanche à 15h40 (en place de Retour sur info)

le samedi 31 juillet : le rôle des radios internationales pendant la guerre froide

RFI invite Jacques Semelin, auteur de "la liberté au bout des ondes," publié chez Belfond et Thomas Schreiber, ancien journaliste des émissions vers l'étranger de l'ORTF, spécialiste des questions Est-Ouest pour évoquer l'impact politique et culturel des radios occidentales émettant vers les pays situés de l'autre côté du rideau de fer.

Le samedi 7 août : Histoire de la diffusion : de l'onde courte à Internet

En 1931, le Poste Colonial diffuse des émissions destinées à l'étranger grâce aux ondes courtes dont on a découvert qu'elles étaient capables de parcourir de très longues distances en se réfléchissant sur les couches supérieures de l'atmosphère.

Soixante dix ans plus tard, RFI a diversifié son offre de diffusion : aux ondes courtes se sont ajoutés les satellites, le câble, les FM, et bien sûr Internet. Ce numéro de "Si RFI m'était conté" vous fait découvrir les évolutions technologiques qui ont transformé les pratiques de production et de diffusion.

Le samedi 14 août : les auditeurs

Selon les sondages et les études d'audience, ils sont 45 millions à écouter RFI aux quatre coins de la planète, dont 15 au Proche et au Moyen orient grâce à RMC/MO. Qui sont -ils? Pourquoi nous écoutent-ils ? Leur existence a-t-elle été transformé par l'écoute de nos programmes ? Cette émission leur laisse la parole : témoignages, souvenirs, tranches de vie d'Afrique et d'ailleurs.

Le samedi 21 août : les radios internationales

La radio extérieure de la France a commencé d'émettre en 1931 un an avant celle de la Grance Bretagne. Aujourd'hui la concurrence est rude entre les différentes radios internationales : BBC, Deutsch Welle, VOA, Radio Moscou mais aussi Africa n°1 ou Radio Vatican. C'est leur histoire que cette émission va raconter.

Le samedi 28 août : paysage audiovisuel de demain

DAB, DRM, TNT, Internet.Ces technologies permettront demain une qualité parfaite du son, une réception facile par des appareils de plus en plus performants et sur des territoires lointains. Cette démultiplication de l'offre aura des conséquences sur les habitudes d' écoute. Cette évolution contredit-elle ou infirme-t-elle la formule lapidaire de Marshall Mac Luhan affirmant que le médium constitue le message ? C'est ce que nous verrons avec des techniciens, des sociologues et des

responsables de l'audiovisuel international.

Share this post


Link to post
Guest

Il faut ecouter RFI sur ondes courtes, en FM ou via le net. :(

Share this post


Link to post
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...