Jump to content
Sign in to follow this  
News Radio

Intégrer le radio-amateurisme dans les classes dingénieurs

Recommended Posts

F6AWN

Bonjour,

Merci pour cette info.

C'est rassurant, nous sommes tout de même quelques-uns à percevoir comment le recrutement de nouveaux radioamateurs pourrait évoluer, même en France !

NdR : en espérant que cela inspire nos associations lors du prochain salon Microwave & RF

Encore faut-il qu'elles soient capables de communiquer les bons messages et de la bonne manière. Si elles n'ont pas "la carrure", le mieux est qu'elles s'abstiennent d'aller exhiber une image peu flatteuse de nos activités.

73,

Francis, F6AWN

Share this post


Link to post
TK5MO

Ayant eu l'occasion de fréquenter ce salon (à titre pro), il semblerait que le stand radioamateur donne une bonne image, présentation de projets hyper etc... Bon accueil et OMs compétents !

Ne supposons pas du négatif, car l'image peu flatteuse est souvent donnée dans d'autres circonstances par des démos de QSOs n'ayant que peu d'intéret pour le visiteur, qui ne comprends donc pas ou l'on veut en venir à l'heure du smartphone.

Mais tout dépend de la définition de ce que l'on qualifie de "carrure".

73s

Dom

Share this post


Link to post
F6AWN

Bonjour Dominique,

Ayant eu l'occasion de fréquenter ce salon (à titre pro), il semblerait que le stand radioamateur donne une bonne image, présentation de projets hyper etc... Bon accueil et OMs compétents !

Ne supposons pas du négatif, car l'image peu flatteuse est souvent donnée dans d'autres circonstances par des démos de QSOs n'ayant que peu d'intéret pour le visiteur, qui ne comprends donc pas ou l'on veut en venir à l'heure du smartphone.

Mais tout dépend de la définition de ce que l'on qualifie de "carrure".

73s

Dom

Oh, mais je suis bien d'accord avec vous !

Dans mon message précédent, j'ai essayé de dire deux choses :

1 - Le recrutement de nouveaux radioamateurs évolue partout, et il est important qu'en France on ne reste pas sur le quai en regardant passer le train. La licence-indicatif comme permis pour faire légalement sur les bandes amateurs les plus faciles d'accès des QSO à jet continu tels qu'effectués illégalement autour de 27 MHz par les "amateurs-radio" depuis le milieu des années 80, c'est fini ou presque. Le temps est venu du retour à la normale, c'est à dire de radioamateurs ayant suffisamment de compétences pour installer, exploiter et entretenir correctement une station radio. Ces compétences sont à la portée de beaucoup de monde après un apprentissage dont la durée dépend des candidats eux-mêmes. Il est donc de l'intérêt du radio-amateurisme de bien afficher ce qu'il est afin de ne pas susciter des envies qui resteront insatisfaites et seront source d'aigreurs ou de division des radioamateurs en diverses chapelles. Le plus simple, pour relancer le recrutement, après les années folles de la CB, c'est de s'adresser à des candidats qui ont une culture suffisante pour absorber et maîtriser rapidement le programme technique et le programme réglementaire nécessaires. Arriveront alors rapidement de nouveaux licenciés, rapidement de nouveaux formateurs aussi car de tels radioamateurs sauront expliquer aux autres ce qu'ils maîtrisent grâce à leur formation scolaire. Pour attirer de tels candidats, il faut d'abord s'adresser aux bonnes cibles et promouvoir les bonnes activités. Les cibles concernées sont dans les universités, les écoles d'ingénieurs, les entreprises ayant des secteurs liés à l'électronique et l'informatique et sur les salons qui les attirent. Quelle que soit la personne visée, quel que soit le produit concerné, c'est d'abord la curiosité qui la fait s'arrêter et regarder. Autant dire que ce n'est plus en mettant sur une table un micro(phone) branché à transceiver commercial récent et connecté à un micro(ordinateur), pour échanger quelques lettres et chiffres dans des conditions inconfortables que l'on parviendra à susciter un intérêt suffisant pour donner envie de faire la même chose. Au siècle dernier, on pouvait susciter des rêves et des envies en montrant deux personnes distantes en train de discuter par radio. Mais en 2000, c'est fini car plus personne n'est étonné qu'on puisse discuter avec l'ISS à deux pas de nous ou le robot Philae un peu plus loin. En 2001, on pouvait peut-être encore susciter quelques envies en montrant des échanges brefs effectués à l'aide d'un clavier et d'un écran d'ordinateur. Mais en 2016, c'est fini car plus personne n'est étonné que chacun ne nous le fasse avec un smartphone aussi présent qu'un simple stylo. Alors, plutôt que de continuer à courir derrière le progrès et les produits manufacturés qu'il génère, revenons à l'option précédente, celle de la curiosité du fonctionnement des choses, celle des expériences sous forme de travaux pratiques. Le radio-amateurisme pourra ainsi lui-même participer modestement à la formation quotidienne de ceux qui le nourrissent depuis toujours: les expérimentateurs de toutes sortes, les lycéens, les étudiants, les techniciens, les ingénieurs et autres curieux acharnés.

2 - Philippe a écrit "en espérant que cela inspire nos associations".

Ma remarque au sujet de leur "carrure" était générale et ne s'adressait pas à l'une d'elles en particulier. Je pensais aussi plus généralement à tous les salons pouvant être concernés et non pas à celui très spécialisé des hyper-fréquences qui, chez les radioamateurs, réunit bien plus de vrais techniciens au m² que les amateurs d'Echolink au millier de km². Enfin, par "carrure" j'entendais aptitude à bien cerner les cibles visées et à savoir (ou pouvoir...) mettre en œuvre les moyens adaptés pour s'adresser à elles. J'avais probablement encore en tête mon récent message sur le stand du REF lors de l'AG de Brive...

Je ne pense donc pas me tromper en disant :

- que la promotion est un métier et qu'elle nécessite à la fois d'être en phase avec son époque et de disposer des ressources humaines et financières nécessaires dans les délais requis pour être efficace,

- qu'une promotion inadaptée est plus dangereuse que pas de promotion du tout car elle dégrade durablement l'image de marque.

Il ne servirait donc à rien pour les radioamateurs en général d'être représentés par une exposition "à la hauteur" une fois par an au salon "hyper", domaine hautement spécialisé, alors que dans bien d'autres endroits ils s'afficheraient sous une image peu flatteuse et reproduite par les media et autres réseaux sociaux.

73,

Francis, F6AWN

Share this post


Link to post
F4HTQ

Bonjour Francis,

Un des meilleurs vecteur pour aller dans le sens de ce que vous décrivez, c'est les fablabs.

ça pousse un peu partout dans les grandes villes ( j'en ai un a 500 mètres de chez moi), et c'est un point de rencontre de "makers".

C'est vraiment quelque chose qui semble monter en puissance, et ça à l'air de tenir sur la durée et donc de ne pas se limiter à un effet de mode.

Autre élément a prendre en compte pour le renouvellement de la population de radio-amateurs, c'est l'urbanisation. Nous avons un phénomène d'urbanisation qui entraîne une part croissante de jeunes générations qui vivent en appartement, et en particulier ceux qui auraient la formation technique "de base" pour devenir radio-amateurs. Dans ce cadre la, il n'est pas facile d'installer des grosses antennes montées sur des pylônes. Pour beaucoup ça sera au mieux la loop magnétique montée sur le balcon, éventuellement l'antenne raccourcie si ils ont un peu de hauteur, ou le traffic en mobile, ou encore ( et c'est ce que j'envisage pour ma part) le trafic avec une solution légère "QRP" qui tient dans la poche, qui marche sur accus et/ou en solaire, et qu'on amène en randonnée avec un doublet enroulé ( ou une canne à pèche modifiée) dans un petit sac.

Et la encore les fablabs sont bien adaptés a ces réalisations QRP.

David.

Edited by ALLOZA David

Share this post


Link to post
F6AWN

Bonjour David,

Merci pour votre contribution.

En effet, les fablabs sont en train de se généraliser sur tout le territoire. Ce sont donc des lieux à mettre en relation avec les radio-clubs pour autant que ces derniers soient actifs sur la partie technique et non pas seulement sur la partie trafic radio. Notez que cela fait déjà un moment qu'on en parle ici, et des OM comme F6ITU et (ancien membre), pour ne citer qu'eux, alimentent nos discussions sur ce sujet.

Le problème que j'évoquais précédemment, c'est plutôt la forme de la promotion à utiliser dans des salons plus généralistes, lieux de passage de divers curieux pouvant servir de relais, à commencer par les media, les élus, etc. Il faut alors savoir s'habiller et se tenir comme il convient, remarque à ne pas seulement prendre au premier degré mais aussi au second : en matière de communication l'habit fait le moine. En conséquence, il faut savoir taper dans le budget ou dans les économies pour donner l'image qui convient.

73,

Francis, F6AWN

Share this post


Link to post
F4HTQ

Quelques idées en passant puisque vous parlez de salons.

Dans un salon généraliste ( j'appelle comme cela les salon ou les entreprises et associations du coin tiennent des stands pour se faire connaitre localement, je pense que l'on parle de la même chose), il est souvent payant d'avoir une démonstration qui attire l'attention , et ceci même si elle n'est pas directement lié aux pratiques journalières de l'activité présentée.

Je donne un exemple.
Il y a quelques années j'avais vu un laboratoire d'astronomie local présenter sur son stand une petite "manip", avec une résistance ( carbone) , montée en diviseur de tension, que l'on plongeait dans de l'azote liquide, ce qui avait pour effet de la rendre particulièrement conductrice et donc d'allumer une led ( verte très lumineuse). ça attirait les gens qui regardaient ça curieusement et posaient des questions sur la supraconductivité. Le laboratoire en question mettait au point des mélangeurs à jonction SIS qui étaient plongés dans des cryostats, et ceux qui tenaient le stand pouvaient enchaîner sur la description de leur technologie et parler de leur métier.

Alors, si on transposait ça à un stand radioamateur ?
Pourquoi pas présenter une petite expérience radio avec un oscillateur d'un coté ( un simple GBF irait très bien) , une toute petite antenne, et quelques dizaines de cm plus loin un circuit accordé sur la fréquence de l'oscillateur qui récupère directement l'énergie rayonnée pour allumer une led, avec la possibilité pour ceux qui passent de faire varier l'accord et donc d'améliorer ou faire régresser le transferts d'énergie. C'est clair qu'on est aux antipodes du QSO.

Autre exemple. Au palais de la découverte, il y a 3 ou 4 ans il y avait une expérience qui montrait la similarité entre les ondes radios et les ondes lumineuse. L'expérimentateur utilisait une source hyperfréquence avec un guide d'onde et montrait les phénomènes de réflexions/diffractions.

Autre idée amusante pour un stand, laisser un manipulateur morse avec le code morse affiché et un décodage automatique sur écran en proposant aux visiteurs de tenter un S O S avec le manipulateur.

J'ai un peu l'impression que des idées comme ça on pourrais en avoir des dizaines.
Mais c'est peut être déjà ce qui se fait non ?

David.

Share this post


Link to post
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...