Jump to content
Guest

Promotion de l'activité radioamateur : nouvelle génération...

Recommended Posts

Guest

Bonjour,

Je créé ce sujet afin de ne pas polluer plus que ça le sujet de Stéphane, F5NZY qui parlait de tester des licences nouvelles générations. Ce nouveau sujet a pour objectif d'analyser où nous en sommes de la promotion de notre activité radioamateur en France.

73,
Philippe

Share this post


Link to post
Guest

Pour continuer l'analyse démarrée précédemment, essayons de voir ce que recouvrent les "axes stratégiques" du REF :

Citation

 

LES RELATIONS EXTÉRIEURES INSTITUTIONNELLES DU REF

  1. Développer de nouveaux partenariats en lien avec les institutions scientifiques et éducatives françaises
  2. Pérenniser les acquis et négocier de nouvelles possibilités pour les radioamateurs français auprès de notre administration ( ARCEP, DGE, ANFR )
  3. Assurer la représentativité internationale des radioamateurs Français (auprès de l'IARU et dans les réunions internationales)

 

Sont écrits ici les fondement de l’existence de l'association, c'est à dire la représentativité IARU, la représentation des radioamateurs français de par son statut IARU auprès des instances administratives et tutelles, et l'utilisation de l'agrément éducation nationale dont dispose l’association depuis de nombreuses années.

On voit qu'il n'y a rien ici de nouveau concernant une stratégie de promotion qui ferait appel à des ressources, des idées ou des cibles nouvelles de recrutement.

La suite...

Citation

LE REF AU COEUR DE L'ENVIRONNEMENT RADIOAMATEUR
LES PROSPECTS, LES ADHÉRENTS, LES ACTEURS DU REF
LA COMMUNICATION DU REF
LA PROMOTION DU REF
LA GESTION DU REF


... ne concerne que le REF, soit vis à vis des radioamateurs, soit vis à vis de ses adhérents/membres, soit vis à vis de lui-même.

Nous ne voyons donc rien qui concerne une stratégie affichée de promotion du service amateur auprès du grand public, voir même auprès d'un public restreint, voir d'un ou des publics spécialisé(s).

Que l'on ne se méprenne pas sur ce que j'écris. Ce qui a été fait par exemple autour de Thomas Pesquet, ARISS et ISS, est une très bonne promotion. Mais plutôt du type "je suis actif, je sème des graines et je réponds à la demande". Pour le côté radioamateur, l'ATV à bord de la station spatiale va amener à écouter de l'émission DATV et un véritable engouement peut naitre de ces initiatives autour de la TV numérique.

Pour établir une stratégie il faut un certain nombre de pré-requis. Et le premier pour l'association est de savoir qui elle est et ce/ceux qu'elle veut représenter. Et déjà là, il y a matière à discuter sur plusieurs semaines ;-)

On peut aussi porter la discussion sur le côté personnel de la promotion. De mon côté, je n'y crois pas trop. La promotion est un domaine où il faut un discours, que tout le monde ait le même, et sans un minimum de cohérence, on a en fait ce que l'on voit aujourd'hui sur de nombreux sites : tout et son contraire !

Je crois beaucoup plus, comme indiqué auparavant, à l'exemplarité personnelle. Mais là encore, non seulement cela ne fera pas de "nombre" mais chacun ayant sa propre vision du service amateur, l'efficacité sera loin d'être garantie.

Une véritable promotion -- grand public, public plus ciblé ou autres -- ne peut se faire qu'à la condition d'avoir les idées très claires sur qui nous sommes et qui nous voulons être, et tant qu'à faire, il faut l'écrire et le graver dans le marbre.

Une fois ce pré-requis unanimement accepté par la communauté (pas seulement les adhérents/membres), il sera temps de mettre en place une stratégie de promotion d'où découlera une communication orientée.

Comme on dit en stand-up : "Merci, c'est tout pour moi" ;-P

73,
Philippe

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Guest

Pour un exemple proche, voir ce qui a été fait au niveau stratégie par la RSGB. Non pas sur le fond, mais sur la méthode et sa communication.

--
 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F0CRU

Bonjour,

Philippe, le lien ne marche pas, et je ne retrouve pas l'article sur le site de la RSGB.

Je ne me fait pas plus long je part au pro.

73's

Stephan

Share this post


Link to post
Guest

Bonjour Stephan,

Effectivement, le lien a été supprimé sur le site de la RSGB. Comme quoi le sujet est important... Voici un lien où vous trouverez un draft de la stratégie de la RSGB. Ceci pour exemple sur la manière de conduire une stratégie et pas pour prendre en exemple et copier bêtement. Ce n'est pas parce que nous avons les mêmes activités que nos stratégies doivent être similaires.

Par exemple, cette stratégie a été conduite non pas après une introspection solitaire d'un bureau associatif mais par consultation des radioamateurs UK qu'ils soient ou non membres de la RSGB. Elle fait suite aussi à un travail du conseil d'administration et de discussions avec l'Ofcom, l'autorité de tutelle britannique.

Un travail pragmatique, à l'anglo-saxonne, pas toujours d'une efficacité redoutable mais au moins rigoureux dans la méthode.

Bonne journée,
Philippe

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F0CRU

Bonjour,

Oui c'est sûr, c'est pratiquement du classique, et cela pourrais être une base de travail pour notre système à nous.

Ce qu'il faut savoir c'est le véritable impacte de cette méthode chez eux ?

Vu que ce qui concerne la gestion administrative des RA , tout passe par l'état, il serait bon de savoir a quel degrés d'implication il peut s'engager pour organiser avec nos associations la promotion de notre hobby. 

73's

Stephan

Share this post


Link to post
Guest

Bonjour Stephan,

Deux choses par rapport à vos remarques :

- En UK, la création de la Foundation Licence, si elle a été bénéfique en nombre (environ 83 000 licences UK), a aussi créé un groupe de moins en moins homogène, des groupes de personnes qui ne connaissent le radio-amateurisme que par le prisme de ce qui est autorisé par la petite licence, des personnes qui ne passent pas la licence supérieure car ils n'en voient pas l'intérêt, etc. Car le constat est le même chez eux avec 83 000 licences que chez nous avec 13 000 et une F0 qui a duré près de 15 ans (1998-2012) : cela n'aide pas à recruter plus de jeunes ; cela n'aide pas à ce que les gens passent de licence en licence pour avoir le maximum de privilèges, etc. Cela a conduit, plus de dix ans après sa création, à ce que l'Ofcom et la RSGB se posent (et posent la question à tous) de savoir s'il ne fallait faciliter (sic) l'accès avec un autre type de licence, s'il ne fallait pas ouvrir la possibilité de trafiquer avec du matériel home-made (et oui, avec la Foundation c'est interdit !).

Si vous vous intéressez sérieusement à ces sujets de promotion, recrutement, licence, j'ai publié plusieurs articles sur mon blog. Certains ont fait réagir des responsables Belges qui ont participé à l'importation de la Foundation Licence en Belgique (ON3)

Je ne pense pas qu'il faille prendre exemple sur les UK pour 'faire comme eux' mais plutôt profiter de l'expérience des UK et de la Belgique pour voir quels sont les effets de bord de la création d'une licence ridiculement simple d'accès au radio-amateurisme. Nous avons la chance de profiter de leur 10/15 ans d'expérience, il faut le faire.
 

- En France, et nos relations avec l'administration, celle-ci pouvant nous aider à la promotion de notre activité : depuis les débuts du radio-amateurisme (les radioamateurs étaient des pirates sans autorisation), puis avec l'officialisation du statut, et de tous temps depuis, les relations avec 'l'administration' ont toujours été pour le moins tendues. Que ce soit l'armée, puis les PTT, les premiers considéraient la radio comme une arme, les seconds comme un service public où nous avions nos propres ressources, etc.

Il faut comprendre deux choses avec l'administration : la première est quelle fait son travail. Tout ceci est régit par des textes internationaux (les fréquence radio sont un bien pour l'humanité entière que l'on partage au sein d'une institution, l'UIT, elle même dépendante de l'ONU), puis par l'UE qui sont traduits avec plus ou moins de célérité dans les textes nationaux des membres de l'UE. Et encore, pas tous car ce ne sont que des recommandations. Mais la pression de l'UE fini toujours par gagner. Mais selon les pays, cela peut être très long.

Puis, il y a le rapport avec les différents groupes qu'elle gère, dont les radioamateurs. Côté association radioamateur, il y a deux écoles : ceux qui font comme l'administration dit qu'il faut faire, qui proposent, font des projets, mais n'arrivent pas souvent à quelque chose car l'administration suit des directives qui lui permet de faire ou ne pas faire. Seuls quelques trucs franco-français peuvent aboutir si on s'y prend bien (autorisation voix numérique, prise de micro par des enfants, ...). Mais cela ne va pas chercher loin. Il faut remonter avant les autorisations des bandes WARC (autorisées en 1979) -- qui elles-mêmes ne doivent aps grand chose aux associations radioamateurs -- pour trouver quelques exemples de rapports. Et encore...
Puis il y a ceux qui se pensent plus mains que les autres, qui pensent que si on a un bon projet (subjectif), l'administration ne peut que dire Oui, acculée quelle serait par autant d'intelligence et de bienveillance.

Malheureusement, il y a eu un épisode très douloureux pour toute l’administration, ARCEP, ministère et ANFR compris, qui est l'épisode des saisines en Conseil d’État dans la période 1998-2000. On peut raconter ce que l'on veut des fonctionnaires, mais ils ont de la mémoire... Il serait très long d'expliquer cette saga mais pour résumer, un groupe associatif et des individuels proches de ces groupes ont saisi le Conseil d’État pour faire annuler ce que l'on appelle la règlementation de 1997 (création de la F0, passage des FA/FB en F4/F8, fin de l'enquête administrative, etc) afin de revenir à la règlementation de 1983 qui contenait -- selon ce groupe et quelques autres -- des éléments nécessaires à nous conférer un statut sur le bas de la bande 430 MHz que nous supprimait la règlementation de 1997.

Non seulement le CE n'a pas juger le fond de l'affaire, mais nous n'avons rien obtenu. Si, en fait les nouveaux textes autorisaient l'ARCEP (l'ART à l'époque) à sanctionner les radioamateurs ce qui n'était pas légal apparemment. Nous avons aussi obtenu la fermeture des centres d'examen pendant deux ans.

 

Avec tout ça, il est toujours possible de travailler intelligemment avec l'administration, ce n'est pas le soucis. Mais elle ne fera pas plus que le minimum car de plus, elle est contrainte par toutes les politiques de resserrement budgétaires depuis au moins le début de la crise en 2007/2008.

Tout ceci pour dire que la promotion c'est l'affaire des radioamateurs, et de personne d'autre.

Et je remets ma conclusion de mon post précédent qui devrait être le préliminaire à toute réflexion :
 

Citation

 

Une véritable promotion -- grand public, public plus ciblé ou autres -- ne peut se faire qu'à la condition d'avoir les idées très claires sur qui nous sommes et qui nous voulons être, et tant qu'à faire, il faut l'écrire et le graver dans le marbre.

Une fois ce pré-requis unanimement accepté par la communauté (pas seulement les adhérents/membres), il sera temps de mettre en place une stratégie de promotion d'où découlera une communication orientée.

 

 

Je remarque aussi que, dès que la discussion commence à être un tant soit peu sérieuse et argumentée, il y a peu de combattants. Mais comme le dit un ami, ce doit être à cause des vacances... Ou l'absence des ténors de l'époque qui faisaient vivre ces forum. Et oui, des leaders il en faut, quoi qu'en disent les indépendantistes ;-P

 

Alors, bonnes vacances,
Philippe
EDIT 10H25 : le seul résultat d'intérêt récent dont je me souvienne avec l'administration fut le Guide du Radioamateur. Il n'a pas été ré-édité depuis alors qu'il y aurait du avoir au bas mot deux ou trois éditions nouvelles. Autre exemple de collaboration avec l'administration qui peut être intelligent si on arrête de leur casser les pieds avec des conneries comme une nouvelle licence novice ou la création d'une DSP...

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F0CRU

Bonsoir Philippe,

Donc on peut en déduire que la mise en place d'une licence novice ou autre du même type est sans effet, et malgré moi, j'ai contribuer à l'échec de ce système(j'ai passer ma licence F0 en 1999)

Et on peut le voir dans les autres pays c'est idem.

Pour la promotion de notre hobby, finalement c'est assez complexe, car il y a de moins en moins de RA et donc moins de RC, ce qui limite le pouvoir de développement.

Ce que je comprends aussi, c'est qu'on ne pourras pas compter sur l'éducation nationale non plus, car au vu de votre texte, les relations sont tendues depuis longtemps.

Bref, c'est pas simple et comme vous le dites, ça ne se bouscule pas au portillon(et non, ce n'est pas à cause des vacances, c'est seulemnt que plus grand monde ne veux s'investir dans l’associatif de ce genre, mais cela j'en parle déjà dans le post sur les licences)

Et je comprends cela. Je suis de cela malheureusement.

Mais cela n’empêche pas de débattre et pourquoi pas déclencher chez certain l'envie de s'investir un peu plus.

Meilleurs 73's

Stephan

Share this post


Link to post
Guest

Bonsoir Stephan,

Citation

Donc on peut en déduire que la mise en place d'une licence novice ou autre du même type est sans effet, et malgré moi, j'ai contribuer à l'échec de ce système(j'ai passer ma licence F0 en 1999)

Vous n'avez contribué à rien. Si, à grossir un peu les rangs. Et il ne tient qu'à vous d'aller plus loin. Nous, avant d'être licenciés, nous ne sommes responsables de rien. Uniquement de choisir parmi le menu proposé. Quand j'ai voulu passer l'examen, j'avais le choix entre FA, FB, F4 et F8. J'ai choisi de passer la F4, puis quelques mois plus tard la F8. Je n'ai pas pour autant contribué à élever le niveau. Enfin, si, j'ai élevé le niveau d'une unité radioamateur ;-)

Il y a 5 heures, F0CRU a dit :

Pour la promotion de notre hobby, finalement c'est assez complexe, car il y a de moins en moins de RA et donc moins de RC, ce qui limite le pouvoir de développement.

Ce que je comprends aussi, c'est qu'on ne pourras pas compter sur l'éducation nationale non plus, car au vu de votre texte, les relations sont tendues depuis longtemps.

Quand je parle de l'administration dans les textes précédents, c'est de notre tutelle que je parle : ARCEP, Ministère, ANFR. Travailler avec l'éducation nationale, au moins au niveau local, départemental ou régional, cela se fait assez souvent. Le programme ARISS s'adresse principalement aux écoles et collèges. Donc, pas de soucis de ce côté.
 

Il y a 5 heures, F0CRU a dit :

Bref, c'est pas simple et comme vous le dites, ça ne se bouscule pas au portillon(et non, ce n'est pas à cause des vacances, c'est seulemnt que plus grand monde ne veux s'investir dans l’associatif de ce genre, mais cela j'en parle déjà dans le post sur les licences)

Et c'est d'ailleurs ce qui occasionne le fait que l'on retrouve certains à des postes pendant plus de 20 ans sans qu'on trouve à y redire puisque "on trouve personne pour aider", la sempiternelle phrase de ceux qui se dévouent corps et âmes à la place des autres mais qui ne laisseraient leur place pour rien au monde si par hasard il y avait plus de candidats :-)
 

Il y a 5 heures, F0CRU a dit :

Mais cela n’empêche pas de débattre et pourquoi pas déclencher chez certain l'envie de s'investir un peu plus.


Exactement ! C'est d'ailleurs en débattant, discutant, polémiquant, que je me suis intéressé au domaine associatif de notre activité. Au grand dam de certains ;-)

 

Sinon, je rappelle les pré-requis d'une promotion réussie :

Le 25/07/2017 à 08:01, (ancien membre) a dit :

Une véritable promotion -- grand public, public plus ciblé ou autres -- ne peut se faire qu'à la condition d'avoir les idées très claires sur qui nous sommes et qui nous voulons être, et tant qu'à faire, il faut l'écrire et le graver dans le marbre.

Une fois ce pré-requis unanimement accepté par la communauté (pas seulement les adhérents/membres), il sera temps de mettre en place une stratégie de promotion d'où découlera une communication orientée.

Le sujet est posé ;-)


73,
Philipe

 

Share this post


Link to post
F4DBD

Salut les pipelettes,

C'est là que je prends un coup de vieux car personnellement cela fait au moins 17 ans, 7 mois et 7 jours que je vois passer ces questionnements sur la promotion, la formation et l'avenir de l'activité.:P

Regardez, ceux présents sur ce forum en parlaient déjà en décembre 1999 :

Citation

Posting-Date: 22 Dec 1999 18:37:37 GMT
Newsgroups: fr.rec.radio.amateur

Bonjour

Suite au succès de Frédérick devenu F0DBD, au message de Jean-Marie, F5RJI,
proposant la création d'une liste de diffusion pour aider à la formation, et
à une discussion téléphonique avec un responsable du REF-Union me disant
qu'il recevait beaucoup de demandes de cours par correspondance pour
préparer la licence, je pense qu'il est grand temps que nous y
réfléchissions...

Comment faire ?
Que mettre en place ?
Que pourrait proposer la commission formation ou comment pourrions nous
l'aider à mettre en place quelque chose qui répondrait à une telle demande,
à un tel besoin ?

Il ne faudrait toutefois pas que cela perturbe le fonctionnement des
radio-clubs qui font l'effort d'assurer une formation, car rien ne
remplacera jamais la rencontre de "visu" avec des radioamateurs.

Il ne faudrait pas non plus que cela rentre en concurrence avec ce que
pourrait faire la commission formation qui doit être le "point de
centralisation" de tout le travail de formation qui est fait dans les
radio-clubs.

--
Amicalement

Alain
F1MMR

D'après ma très modeste expérience, promotion, formation et avenir de l'activité sont intimement liés, il est compliqué de les séparer car :

  1. La promotion sert à attirer des gens
  2. La formation aide ces gens à réussir l'examen d'entrée
  3. La construction de l'avenir repose en grande partie sur ces recrues

Quelle promotion pour quelle formation et surtout pour quel avenir ?

Depuis le dernier trimestre de 1999, lorsque j'ai préparé puis passé avec succès l'examen du certificat novice en candidat libre, jusqu'à aujourd'hui je n'ai malheureusement pas constaté d'évolution significative de ces 3 points :

Pour la promotion, au mieux ce sont des actions ponctuelles et isolées (merci à l'ISS qui permet régulièrement d'évoquer les radioamateurs !). Même si le soutien d'associations peut apporter un coup de pouce, cela repose en grande partie sur une impulsion individuelle et très locale.

La formation autonome s'est accélérée grâce à la démocratisation d'internet (les radioclubs se vident ce qui complique la promotion).

Quand à l'avenir... les moins de 30 ans ont les choses en mains car les autres ont déjà démontré leur incapacité / impossibilité / réticence (rayer la mention inutile) à agir y compris au coeur du "système". On pleure ceux qui partent mais on ne dit pas grand chose d'aimable à ceux qui arrivent.

Ceci dit les choses sont compliquées puisque le texte qui décrit nos activités dit : ayant pour objet l'instruction individuelle, ../.. c'est à dire par des personnes dûment autorisées, s'intéressant à la technique de la radio électricité à titre uniquement personnel et sans intérêt pécuniaire.

Partant de là, il est malheureusement évident qu'il y aura autant d'avis et de souhaits qu'il y a de licenciés et d'associations. Les divergences d'opinion ont fait la vie belle aux forums et autres groupes de discussion. Le radio-amateurisme rassemble de trop nombreux domaines pour espérer un consensus, bien plus que la pratique d'un sport.

Alors on peut encore et toujours discuter de tout ça ici, sur l'air ou dans les réunions. Toujours est-il qu'à l'image de la politique, je crois que c'est surtout d'un vrai leader et de sang neuf dont il y a besoin pour doper le radio-amateurisme. Une personne charismatique, sachant maîtriser toutes les facettes de la communication. Cette impulsion je doute fort qu'on la trouve parmi celles et ceux qui ont déjà plusieurs décennies de présence dans nos rangs et encore moins chez ceux qui, comme moi, on trop perdu de temps à blablater sur internet :lol:

Cependant il ne faut pas non plus croire au père Noël, il n'y a pas de solution miracle venue d'ailleurs. Mais faire naitre l'espoir et donner un cap c'est un luxe dont aurait bien besoin le radio-amateurisme à la française.

C'était mes 2 cents pour ton sujet, Philippe. Marronnier "toutes saisons"... ;)

Share this post


Link to post
Guest

Salut Fred,
 

il y a 42 minutes, F4DBD a dit :

C'était mes 2 cents pour ton sujet, Philippe. Marronnier "toutes saisons"... ;)

 

Tout ce que tu dis n'est pas sans intérêt et découle effectivement d'une expérience et de très nombreuses discussions sur ces mêmes sujets. Si nous en discutons encore, c'est qu'aucune démarche n'a été entreprise depuis. Et depuis 17 ans, 7 mois et 7 jours, la société et le monde autour a encore beaucoup changé.

Toujours est-il que j'ai posé un cadre et surtout et un sujet sur lequel est fondé ce post. Je le remets une nouvelle fois :
 

Le 25/07/2017 à 08:01, (ancien membre) a dit :

Une véritable promotion -- grand public, public plus ciblé ou autres -- ne peut se faire qu'à la condition d'avoir les idées très claires sur qui nous sommes et qui nous voulons être, et tant qu'à faire, il faut l'écrire et le graver dans le marbre.

Une fois ce pré-requis unanimement accepté par la communauté (pas seulement les adhérents/membres), il sera temps de mettre en place une stratégie de promotion d'où découlera une communication orientée.

Pour éclaircir le second degré de ce passage, la question multiple serait : qui sommes-nous ? où voulons nous aller ? qui voulons nous recruter ?

 

73,
Philippe

Share this post


Link to post
F0CRU

Bonjour à tous,

Comme le dit si bien Fred, on débat de la promotion, mais pour quel avenir ? Il est vrai que le radio-amateurisme à l'ancienne a du mal a convaincre face à l'air du tout numérique d'aujourd'hui. Il est difficile de convaincre des jeunes que l'on peut, grâce aux RA contacter des pays lointains, car ils peuvent en faire autant avec l'internet. Enfin, plutôt,  ce qui n'est pas évident c'est de défendre nos technologies face à la leurs qui est bien moins contraignante.

Mais on voit aussi une nouvelle forme de RA qui se mélange aux maker fair, et cela et pas mal aussi. Le mélange des genres, comme y dise...

73's

Stephan

 

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour

Un peu sous le coup de l’énervement et… pour aller dans le sens de vos réflexions mutuelles, je me permets de vous suggérer de vous plonger dans la lecture du bilan annuel de l’ARRL en général, et plus particulièrement sur le « mot du président »

http://www.arrl.org/files/file/About ARRL/Annual Reports/ARRL 2016 Annual Report.pdf

édifiant au possible. Oui, le mouvement doit évoluer ou crever.

NON, ce n’est pas au REF de le faire, le REF a d’autres soucis à commencer par sa seule préoccupation : sauver le REF. Et, lorsqu’il y sera parvenu, ce que je lui souhaite, défendre nos intérêts en établissant des dialogues constructifs avec notre administration (en virant au passage les « fausses asso » autoproclamées)

OUI, c’est aux radioamateurs eux-mêmes de se monopoliser non pas pour « sauver » le mouvement (il se porte très bien aux USA, en Grande Bretagne, en Allemagne, au Japon, en Chine…. ) mais pour se sauver eux-mêmes en évoluant. Ce n’est pas en montrant ce qui se faisait il y a un siècle que l’on va passionner les générations montantes. Un radioamateur « normal » doit se demander « qu’ai-je fait aujourd’hui pour le mouvement (et non « pour le REF »). Ce n’est pas en répétant « ça fait 10 ans qu’on se pose la question » ou en tirant des plans sur la comète que les choses changeront.

C’est avant tout en tentant de transmettre, à quelque niveau que ce soit, ses propres parcelles de savoir.

-          En utilisant des outils de CAO communs et non commerciaux (ton schéma Eagle est peut-être génial, mais je ne vais pas m’abonner et devoir investir 800 boules pour commencer)

-          En publiant de manière ouverte toute réalisation. C’est comme les maisons de tolérance, y’a des endroits pour ça, à commencer par Github. Un OM qui se contente d’une page Web égotiste montrant son superbidule sans offrir ni source, ni EDA ne fait que se livrer à une séance d’onanisme publique sur les marches d’un Parthénon virtuel . C’était très à la mode à l’époque des cyniques, mais je rappelle que Diogène est mort il y a 2500 ans… bougez-vous, tentez déjà d’intéresser vos confrères radioamateurs, puis à faire parler de vous dans le landernau hacker/maker.

-          En participant non pas à la « journée des écoles » niveau CM2, mais en étant présent dans les réus de makers, de hackers, les fêtes scientifiques.

-          En sachant que «participer », ce n’est pas coller 5 QSL et deux transceivers du commerce sur un coin de table en lançant des « céquiouyaquelkunquimecopylamy ? », mais en ouvrant les tripes des appareils que nous concevons et construisons, en expliquant à quoi ça sert, en montrant qu’il y a là-dedans des Arduilols et des rapignoles pi, voir de véritables smartphones détournés de leur fonctions initiales. En faisant participer (souder, jouer avec l’outil…) Le reste n’est que cibisme. Y compris les machins genre D-Star et autres systèmes DMRde. La communication n’a jamais été une fin en soi chez les radioamateurs, mais une étape de validation entre deux activités « ayant pour but l’enseignement personnel ». C’est ce qui est écrit dans nos status, ce n’est pas « ma » vision « perso » du radioamateurisme. « allo, t’as un indicatif et tu fais allo ? allo, quoi… »

-          En assurant, pas nécessairement de manière permanente, des supports et des cours non pas de préparation à l’examen -le passage de la licence relève surtout d’un travail perso- mais de vulgarisation scientifique et technique, en méca, en électronique, en radio bien entendu, en informatique etc. Inciter, éveiller….

Si ce genre d’initiative n’est assuré que par un groupuscule de personnes (qui finissent par toutes se connaitre), on peut prédire à court terme la mort

 

Une petite voix me dit que ça relève pourtant de « Mission : Impossible ». J’ai récemment participé (juré, c’est la première et dernière fois) à une réunion départementale organisée par une association représentative locale. Voici les arguments qui m’ont été opposés :

-          Le hacking, c’est une mode, ça passera au bout de 5 ans (ça fait plus de 20 ans que je suis dans ce milieu de manière professionnelle… mais il y a toujours des vieux cons pour vous expliquer la vie et qui savent mieux que tout le monde)

-          Oui, avoir des instruments de mesure dans un club, ca coute cher (et ton Yaesucom 2000FTX, il a couté combien ?)

-          Il faudrait aussi que les enveloppe d’attribution du REF puissent prendre ça en compte (encore un illuminé des subsides qui n’a pas compris comment on pouvait « faire les poubelles » des labos qui changent souvent de matériel)

-          Les contests, ça demande un forte connaissance scientifique des conditions de propagation et une préparation assidue des prévisions durant toute la semaine précédente ! (certes, mais réduire le radioamateurisme à cette seule et unique activité relève de la décérébration la plus absolue…. Si encore ces concours se faisaient avec des appareils construits par les participants, comme c’était le cas il n’y a pas si longtemps)

-          Oui, c’est joli tout ça, mais c’est fatiguant d’assurer des cours sur le long terme ! (on ne te demande pas ça,juste d’intéresser, d’inciter. Cesses de penser comme un fonctionnaire… si la curiosité est instillée, l’apprentissage viendra tout seul)

-          Les jeunes, ça ne se passionne plus pour rien (devant une telle affirmation, les bras m’en sont tombés… faut pas les chercher à la maison de retraite « les pinsons », tes jeunes)

-          Oui, mais vous, les hackers, vous avez combien de subventions pour faire tout ce que vous faites ? de l’autofinancement ? des cotisations à 15 balles par mois ? pas d’aide de la mairie ? et vous jouez avec des tours, des fraiseuses, des lasers ? et vos locaux ne sont pas gratuits j’y crois pas (ben oui, à force de vivre en plein assistanat, on finit par perdre également de vue ce qu’il est possible de faire. Et franchement, payer une cotisation au radioclub local, je n’y vois aucun intérêt)

-          Oui, mais la « recherche » et « l’auto-éducation », c’est pour ceux que ça intéresse (sous entendu, j’ai fait l’effort de passer une licence il y a 40 ans, c’est bon, je me conforte à causer dans le micro).

-          Tu sais, j’arrive à convaincre certains collègues de l’intérêt du radioamateurisme. Ils se disent que ce serait un passe-temps sympa maintenant qu’ils sont à la retraite (soupir de désespoir… parler de renouveau avec les plus de 60 ans ? )

Je vous épargne le reste, il fut absolument affligeant. On ne peut plus rien pour eux. Tout au plus leur demander de nous ignorer et de continuer à brailler chaque week-end et ne SURTOUT PAS montrer au public cet aspect ringard et dégradant du radioamateurisme (que ceux qui ne me croient pas se livrent à de petites interviews anonymes)

Il est urgent d’arrêter de se poser des questions transcendantales sur les « orientations ». Si une association prétendument représentative s’interroge sur le fait qu’il faille éventuellement engager le début des prémices d’une amorce de tentative de réflexion, c’est qu’il est déjà trop tard. Si les radioamateurs attendent quoi que ce soit de ces associations, c’est qu’ils n’ont rien compris au mouvement radioamateur et qu’ils feraient mieux d’aller planter des carottes. C’est meilleur pour la santé.

 

A toutes ces questions il n’y a qu’une seule et unique réponse : nous devons être des vendeurs de cocaïne, offrir, sans espoir de retour, sans chercher à convaincre. C’est pas la qualité de la dope incitative, par nos actions isolées mais multiples et toujours désintéressées que le mouvement Français redressera la tête. C’est aussi en combattant le caporalisme de certains qui veulent se distinguer en imposant « leur idée géniale » -je ne sais plus qui posait la question « pourquoi hamnet ne décolle pas en France…

Tu veux sauver le mouvement ? commences par dégager des vapeurs de flux et fais chauffer ton kicad. Passes un ou deux jours à enseigner comment on soude des CMS dans le fablab du coin. Offres leur quelques pcb amusants et utiles (pour 16 balles port compris, tu peux faire graver 40 pcb double face en 5x5 cm, tu ne seras pas ruiné). Lances toi dans la réalisation du énième chenillard à diode à base d’Arduitruc pour que ton petit-neveu puisse maitriser gcc. Pervertis ta nièce ou ta fille en lui montrant que python, ça roxe les mamans ours. Entends-toi avec le prof de physique-chimie pour que son « TP obligatoire » soit dans le genre « émetteur à base de 4 portes nand ».

Radioamateur, mon semblable, mon frère, agis, cesses de te poser des questions.

Et comme je suis polis, je me permets d’empapaouter avec vigueur les habituels goguenards qui diront « quelle littérature, que de mots »… ce sont en général ceux qui ont le plus d’escarts aux fesses et qui sont les premiers présents lors des grandes manifestations « pizza party » du radioclub local.

marc

Share this post


Link to post
F5PNI

Bravo Marc,

Tout en accord avec votre, vos réflexions, merci d'avoir mis en forme tout ce qui fait notre futur possible.

C'est ce que je me disais ce WE lors du salon de Marennes, et que j'ai vu à l'occasion d'autres événements du même style.

Le radioamateur d'aujourd'hui, qui est plutôt celui d'hier, manque de curiosité et d'ouverture, dans le bon sens du terme.

73, Jean-Gabriel

Share this post


Link to post
F4HTQ

Bonjour Marc,

Il y a 1 heure, F6ITU a dit :

Un peu sous le coup de l’énervement et… pour aller dans le sens de vos réflexions mutuelles, je me permets de vous suggérer de vous plonger dans la lecture du bilan annuel de l’ARRL en général, et plus particulièrement sur le « mot du président »

http://www.arrl.org/files/file/About ARRL/Annual Reports/ARRL 2016 Annual Report.pdf

édifiant au possible. Oui, le mouvement doit évoluer ou crever.

j'ai un peu de mal a saisir le sens de la partie que je recopie ici :

"What we’re hearing from what I call the “new-generation ham,” is that they don’t view ham radio as being about talking around the world, contesting, or traditional aspects of our hobby. This next generation of ham radio operators view ham radio as a communications medium. Ham radio has value as the means to accomplish an act — the value is not in the act itself. So the question is, how do we extend the appeal of Amateur Radio to recruit people who view it as a means to an end?"

Il veut dire quoi en particulier dans la partie en gras, que cette nouvelle génération s’intéresse à la mise en place de moyen de communication mais pas à la communication elle même ?

David.

 

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour David

j'ai du l'écrire une bonne dizaine de fois et ça me semble évident. La communication n'est qu'un épiphénomène, pas une fin en soi. Au mieux, peut-on espérer un intérêt s'il est enrichissant (autrement dit lorsque des idées, des avis techniques sont échangés)

Avez tu écouté les bandes déca francophones ? 

-CQ

-réponse/ échange d'indicatifs

-échange de prénoms, qth, report, parfois meme puissance et antenne, suivi d'une description du catalogue Sardif lorsque l'on a affaire à un bavard

-Si le qso est effectué avec fldigi, on a également droit à l'age... 

-salutation

-redo from start, same player shoot again, et ceci de manière invariable toute la sainte journée. "demandes moi si tu veux des conseils... j'ai fait plus de 15 000 QSO dans ce mode"... moi, ce genre de remarque, ça me fout la trouille. 15 000 fois sur la même expérimentation ? c'est pas de la constance, c'est de l'acharnement. C'est aussi passionnant que l'activité d'un "no life" derrière sa console et le 4eme niveau d'Assassin Creed. 

Je ne parle pas des contests et chasseurs de diplômes qui ont compris que la communication doit être limitée au strict minimum. Car ce sont des radioamateurs "a part entière", eux.Ce n'est ni la technique électronique, ni la chimie, ni la mécanique, ni la communication qui les attire, mais le nombre possible de contacts. 

Tu montres une telle activité à n'importe qui, il te prend pour un demeuré... limite asperger. Même si le correspondant est un bosniaque de basse Silésie exilé au Kamchatka.

En outre, si ce n'est le plaisir de l'échange technique - parfois possible avec des OM G ou DL-, il faut bien admettre qu'il est possible de faire la même chose avec skype ou Wire. D'ailleurs, certains ne s'y sont pas trompés en développant Echolink et D-Star... s'approcher de la téléphonie le plus possible... éliminer la composante expérimentale, minimiser les aléas radio pour ne conserver que la vacuité d'un contact sans contenu ou d'une conversation privée. what the fuck !

Ce qui est important, aux yeux des nouvelles générations, c'est le felix qui produit cognocere causas. Piger le mystère d'une technique. C'est "hacker" au sens premier du terme, c'est à dire élaguer les branches inutiles -la communication stérile- pour ne s'intéresser qu'au tronc, ce qui est sous-jacent à la communication : la technologie et toutes les techniques connexes. Ce que chantait déjà un ingénieur AM à une certaine époque dans sa chanson "j'suis snob" 

J'avais la télé, mais ça m'ennuyait
Je l'ai r'tournée... d'l'aut' côté c'est passionnant
 

La communication n'est importante que lorsqu'il y a "contenu" . Le moyen de l'établir est ce qui prime. Faire clignoter une led avec un arduino ne signifie rien. Y parvenir avec tel ou tel algo est ce qui prime. 

J'ai vu passer un tweet durant la DefCon qui m'a semblé résumer parfaitement ce que devrait être notre passion 

Learn something ✔️ 
Teach something ✔️
Help someone ✔️
See old friends ✔️
Leave inspired ✔️
 

et non pas "talk to anybody, anyhow, about nothing"

Marc

 

Edited by F6ITU

Share this post


Link to post
Guest

Bonjour Marc,
 

Il y a 4 heures, F6ITU a dit :

Bonjour

Je ne reprends que ça pour dire que c'est à toi que je réponds ;-) Et je ne suis pas particulièrement étonné que la meilleure intervention, celle qui a compris le fond et qui remet le pylône au milieu du jardin, vienne de toi.

Depuis le premier post de Stéphane F5NZY qui se posait la question d'une nouvelle licence pour recruter et mon fork où j'essaie de demander vers qui communiquer et promouvoir ce qui nécessite de savoir qui on est, tu es le seul à y répondre avec, cerise sur la gâteau, tous les éléments pour y parvenir !

Ce que tu démontres là, c'est ce que j'appelais "l'exemplarité" dans mes précédentes interventions. En posant la question à laquelle personne n'a répondu, j'essayais de montrer que de répondre à cette question était fondamental pour savoir ce que l'on voulait faire au niveau collectif. Qui dit collectif, dit associatif. Et donc, définir ou redéfinir ce que nous sommes c'est aussi redéfinir l'association qui est sensée nous défendre.

Là où tu affirmes que...

Citation

NON, ce n’est pas au REF de le faire, le REF a d’autres soucis à commencer par sa seule préoccupation : sauver le REF. Et, lorsqu’il y sera parvenu, ce que je lui souhaite, défendre nos intérêts en établissant des dialogues constructifs avec notre administration (en virant au passage les « fausses asso » autoproclamées)

... je voulais en faire la démonstration. Mais c'est très long quand en face personne ne veut jouer. Et je ne peux pas croire qu'un seul administrateur du REF ne soit pas passé depuis le mois de Mai lire ces échanges depuis le premier billet. Mais ils n'excellent pas dans l'échange public dans les forum. Et effectivement, le sujet n'est pas le REF, préoccupé par sa gestion et sa survie, tu le dis très bien.

Tu reviens donc à l'exemplarité que je défendais. Ce que fait un David F4HTQ par exemple et bien d'autres, mais en publiant largement en utilisant des moyens informatiques ouverts. En s'adressant à priori à des publics intéressés et prêts à échanger.

On oublie donc le recrutement de masse (lubie associative), la promotion grand public, etc

Pour finir sur ça :

Il y a 4 heures, F6ITU a dit :

Il faudrait aussi que les enveloppe d’attribution du REF puissent prendre ça en compte (encore un illuminé des subsides qui n’a pas compris comment on pouvait « faire les poubelles » des labos qui changent souvent de matériel)

J'ai pour exemple, lors probablement d'un de mes derniers CA, d'une discussion acharnée à propos du financement d'un radio club qui avait demandé une participation du REF d'un montant non négligeable pour l'achat d'un matériel commercial même pas en kit ! On a discutaillé ferme assez longtemps car je refusais que l'on attribue un financement de ce type, qui ne servirait que le RC et ses adhérents, qui n'avait rien de didactique et qui ne serait même pas utile à la communauté amateur locale ! Tout ce que j'ai obtenu c'est de diminuer de moitié le financement demandé. Mais le projet a été au bout et la contre-partie demandée fut un article à publier dans Radio-REF sur le montage, sans soudure, de l'engin !

 

Tu apportes donc de l'eau au moulin, un peu de grain et un peu de vent pour qu'on commence à faire de la farine qui devrait faire du bon pain ;-)

 

73 et merci de ta participation pragmatique,
Philippe

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F5PNI
il y a une heure, F6ITU a dit :

Je ne parle pas des contests et chasseurs de diplômes qui ont compris que la communication doit être limitée au strict minimum. Car ce sont des radioamateurs "a part entière", eux.Ce n'est ni la technique électronique, ni la chimie, ni la mécanique, ni la communication qui les attire, mais le nombre possible de contacts. 

Je ne suis pas totalement en accord avec ceci, enfin pour ma part dans la conception du terme contest, qui est une compétition, comme dans d'autres domaines (le sport par exemple).

C'est en général l'aboutissement de plusieurs mois de travail pour équiper la station, améliorer certains éléments, soit par ses fabrications ou par l'assemblage d'éléments "commerciaux".

En tirer la fiabilité, la technicité même si ce terme ne vous parait pas approprié.

Et il en découle un constat de fiabilité et de durabilité de cet ou ces ensembles pour le futur, soit pour développer vers d'autres utilisations plus courantes du domaine radioamateur. Soit pour des situations d'urgence qui pourrait intervenir et ainsi mieux maîtriser une mise en place d'une station opérationnelle dans des délais courts.

C'est ainsi que je procède, lorsque je me prépare pour participer à un contest. J'en fais peu, mais j'ai réussi à avoir des classements honorables au vue des l'importance de mon équipement. Ceci grâce à ce travail en amont de l'épreuve et le reste sur la capacité de savoir écouter.

Je me souviens d'une époque, où en radio-club, nous préparions avec les adhérents, soit déjà licenciés soit en cours de passage ou de préparation au passage de la licence, les différentes coupes du REF, dans cet esprit, ce qui nous occupait plusieurs mois, des préparatifs qui nous permettaient de leur montrer la technique, sous toute ses formes (électronique, électrique, mécanique, etc...) et une habitude au trafic radio, dans cette configuration. Mais aussi lors des QSO locaux d'avant contest, leur permettant là aussi de se familiariser avec la procédure standard" d'un QSO, qu'avec les échanges techniques.

Je suis effarés par les QSO des nouveaux, qui ont passé leur licence via un radioclub actuellement et qui ne savent même comment établir une liaison en respectant ce process, ce n'est pas de leur faute, simplement, ils n'ont pas été familiarisé localement avec tout ce que ça représente. Par manque d'apprentissage.

Share this post


Link to post
F6ITU

Bien sur, je me fait l'avocat du diable. Et j'ai toujours été en admiration devant certains OM qui affichent un DXCC CW ou "portable", sans le concours du moindre cluster, par leur simple connaissance des "lois infiniment variables" de la propagation. Et je m'incline devant la science nécessaire à l'obtention d'une place honorable dans un concours (encore faudrait-il que les push de GS35 soient remisés ce jour là)

En fait, au grand jamais ne ne condamne les concours eux mêmes... Ce que je déplore, c'est l'usage déviant que l'on en fait,  son systématisme dogmatique, c'est que l'on en soit arrivé à un point tel qu'il s'agit de la seule activité des clubs. Ce à quoi tendent toutes les structures radioamateurs (qui elles-même les organisent... ergo qui creusent elles-même leur tombe).

Les concours, nous sommes mille fois de cet avis, servent à éprouver la fiabilité, la technicité des équipements (et dans une moindre mesure, des participants et des machines à café). Mais à l'heure actuelle, il s'agit de la fiabilité des équipements commerciaux uniquement. Serait-ce alors -bougre d'âne que je suis- pour en chasser des petits morceaux d'obsolescence programmée ? les radioclubs seraient donc de dévoués correspondants occultes de 50 Millions de Consommateurs  et les contests cacheraient un formidable effort de test de résistance comparatif ?

Un concours avec un appareil commercial ne prouve rien, si ce n'est que l'appareil commercial est prévu pour remplir sa fonction conformément au contrat de vente.

Désolé, je n'achète pas.

Et je passe également sur le fait qu'ayant un boulot, mes seuls jours de tests sont généralement durant les week-end. Et il n'y a pas un seul week-end sans  contest(s). Malheur à celui qui souhaiterait essayer un nouveau procédé de modulation ou mettre le feu à l'arrière train de l'ampli qu'il vient d'achever. Sacrilège, il pollue l'espace contest et se fait rabrouer précisément par l'émetteur qui, tel témoigne la "signature" de son spectre, occupait la fréquence quelques minutes auparavant avec du "garbage" durant les pauses déjeuner, histoire de n'avoir pas à retrouver une fréquence claire. Un ampli 5kW, faut pas le laisser refroidir ! 

Dites mois simplement que j'invente ces pratiques, rassurez moi.

Et si vous participez à des contests, admettez que si vous respectez leur règlement à la lettre, votre place honorable est tout de même loin des 3 premières équipes. 

Mais le fond de la question n'est pas là. J'ose penser que lorsque la maison est en flammes, il faut arrêter de prévoir le repas du soir et le film qui passera sur TF1. Il faut suspendre, un moment du moins, l'inutile et le ronronnant, en bref, toutes ces pratiques confortables qui ne procèdent pas de l'évangélisation de notre passion. Et éviter de montrer notre activité sous cet aspect qui ne parle qu'aux initiés. Laissons tomber les contests un moment, et agissons. 

Pour en revenir aux "enveloppes" du REF, j'ignorais encore à ce jour que de telles pratiques puissent exister. J'étais persuadé -j'ai été membre d'un bureau départemental ref il y a bien longtemps- que la seule richesse d'un club venait de ses cotisations. Quel formidable levier si cela servait à établir une charte.

Le problème pourrait (gros conditionnel) se résoudre à une position purement politique : tu veux du fric ? le montant maxi est de XXX euros. Et tu dois justifier de chaque centime d'euros dépensé non pas pour tes "activités" mais pour la promotion du mouvement en France. Combien de participations ailleurs que dans les quinzaines commerciales, combien de "kits débutants" (ou pas débutants mais à usage "ouvert au public"), combien de projets communs avec le hackerspace de trifouillis les oies, combien de documents et projets publiés (même refrain : github, sourceforge, adresse du point de fourniture des pcb s'il y a lieu, qualité de la documentation et instructions de montage/réglage)  Tu veux faire une expédition qui coûte une blinde ? no problem... mais c'est au moins un reportage de 5 minutes sur les 3 chaines TV nationales et deux radios.

T'es pas d'accord ? le REF t'interdit d'exploiter toute mention de son nom et te raye des asso reconnues et bénies par le bureau national. Le simple fait de se réclamer du REF nécessite une implication active en faveur de la promotion du mouvement. Ce n'est pas un patronage ni un club de tarot. 

Il me semble évident que le Président qui édictera une telle série de disposition se fera éjecter par les membres votants et les caciques. Mais il faut choisir entre la mort (électorale, ça ne fait souffrir que l'ego) d'une personne, ou la mort du mouvement tout entier. Je ne suis hélas pas certain qu'une telle fermeté puisse payer, car le Président suivant sera élu en fonction des promesses de rétablissement de l'ancien système et se chargera de déconstruire la déconstruction précédente. Je n'en ai que plus de respect pour Lucien et son sens aigu de la diplomatie. 

C'est la raison pour laquelle je précisais que le REF avait d'autres soucis que de sauver le mouvement Français, et que si une véritable volonté de renouveau devait survenir, elle ne trouvera sa source que du coté des initiatives personnelles de chaque radioamateur Français. Et que ces mêmes radioamateurs ne devaient rien attendre du REF

revenons aux fondamentaux, abandonnons notre zone de confort, mettons en suspend tout ce qui n'est pas "vital" à notre survie. Apprendre, Enseigner, aider autrui (même et surtout non-radioamateur) échanger entre nous sur des sujets techniques, partir sur de nouveaux projets dont on publiera et documentera la réalisation qui sera obligatoirement reproductible "by design". 

Marc 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
F4HTQ
Il y a 2 heures, F6ITU a dit :

Avez tu écouté les bandes déca francophones ? 

-CQ

-réponse/ échange d'indicatifs

-échange de prénoms, qth, report, parfois meme puissance et antenne, suivi d'une description du catalogue Sardif lorsque l'on a affaire à un bavard

-Si le qso est effectué avec fldigi, on a également droit à l'age... 

-salutation

-redo from start, same player shoot again, et ceci de manière invariable toute la sainte journée. "demandes moi si tu veux des conseils... j'ai fait plus de 15 000 QSO dans ce mode"... moi, ce genre de remarque, ça me fout la trouille. 15 000 fois sur la même expérimentation ? c'est pas de la constance, c'est de l'acharnement. C'est aussi passionnant que l'activité d'un "no life" derrière sa console et le 4eme niveau d'Assassin Creed. 

Je vais donner mon sentiment au bout de quelques mois d'écoute, et aussi de pratique ( modes numériques ).

Je ne vais pas me faire des amis, mais bon, parfois il faut décrire les choses comme elles sont.

Si on doit parler de la phonie ( je ne fait qu'écouter, pas envie de prendre le micro sur l'Atlas) , sur les 80M ou 40M, ce qui m'a le plus marqué c'est l'ennui. On sent que les gens qui participent a ces QSO le font pour s'occuper car ils s'ennuient. on entend les mêmes phrases en boucle, ça discute modulation mais sur du matériel commercial sur lequel ils ne pourrons rien changer, on entent les "ça marche bien ça ..." en parlant d'une antenne alors que ça ne marche pas vraiment. ça me fait vraiment penser aux gens qui vont discuter au café du coin en meublant les phrases avec des généralités sur lesquelles ils n'ont aucune emprise.

C'est vraiment le coté passe temps, avec la répétition de l'habitude qui domine. Honnêtement je ne vois rien à reprocher à cette pratique, il y a la place, ils ont le matériel, ils ne gênent personne, ça les occupe et leur offre un peu de convivialité. Je n'ai juste aucune envie de rentrer dans cette pratique. Elle est assez similaire à ce que je rencontrais en tant que ado Cibiste dans les années 80.

Quand aux concours ils me font penser a ces concours de belote ou les gestes sont devenus automatiques et la convivialité minimale. La aussi, zéro envie de rentrer la dedans.

Au niveau des QSO en numérique, donc en continental ( sur les 30M j'ai très peu de stations françaises, elles sont trop proches). Les QSO en PSK sont des déroulement de macros, c'est artificiel, répétitif, encore plus en PSK63 qu'en PSK31. Je dirais que de ce point de vue la les modes JT ont au moins le mérite de mettre les choses au clair, le QSO est totalement séquencé et "normé", c'est un contact et rien d'autre ( et c'est encore pire en FT8 ou le QSO se déroule en automatique). J'ai eu quand même la chance de faire quelques QSO hors macro en PSK31  ( 3, un avec un OM écossais très sympathique, tout fier de m'expliquer qu'il était l'OM le plus au nord du royaume UK, deux avec des allemands dont un ou on a pas mal causé technique)  et j'en garde un bon souvenir.

ça va peut être surprendre mais je trouve un certain intérêt aux indicatif spéciaux qui commémorent des événements historiques, parfois on apprend des trucs, comme ici : https://www.qrz.com/db/R80PSP/

D'ailleurs, ce qu'on remarque aussi quand on débranche les macros, c'est a quel point les OM du sud de l'europe maitrisent mal l'anglais. Pas la peine d'espérer leur arracher le moindre début de conversation dans la langue de Shakespeare, ils vous oublient aussitôt pour lancer une séquence de CQ ..

Ces stations sont équipées 100% en TX commerciaux ( pas un seul Tx homemade dans les 60 contacts qui sont dans le log). 

Mais la encore je ne vais pas leur jeter la pierre. Je suis bien content que ces stations "préfabriquées" existent, car si elles n'étaient pas la je n'aurais pas grand monde avec qui discuter pour tester mon matériel homemade, ça serait sacrément vide.

D'ailleurs de ce point de vue la, les modes JT ou le FT8 sont préférables au PSK, le report SNR étant particulièrement précieux, c'est pas du 599 déjà rentré dans la macro ( et si on va du coté du WSPR c'est encore mieux car en plus du SNR on peut récupérer notre dérive en fréquence).

Bonne soirée.

David.

 

 

Share this post


Link to post
F6ITU

Je compatis David. 

Cette pauvreté des dialogues, cette incapacité à ne faire rien d'autre qu'automatiser les enchaînements de contenus formatés, cet acharnement schizophrénique à accumuler les indicatifs dans un log, à l'exception de toute autre activité est effectivement d'une grande tristesse.

j'ajouterais encore une couche avec l'article de Jenny List, de hackaday à l'ARRL, intitulé 

"Amateur radio just isn't exciting". 

http://hackaday.com/2017/08/01/amateur-radio-just-isnt-exciting/

Avec notamment ce passage 

"Were Hackaday to find ourselves in the position of advising the ARRL on such matters, we’d probably suggest a return to the roots of amateur radio, a time in the early 20th century when it was the technology that mattered rather than the collecting of DXCC entities or grid squares, and an amateur had first to build their own equipment rather than simply order a shiny radio before they could make a contact. Give a room full of kids a kit-building session, have them make a little radio. And lobby for construction to be an integral part of the licensing process, it is very sad indeed that where this is being written at least, the lowest tier of amateur radio licence precludes home-made radio equipment. Given all that, why should it be a surprise that for kids, amateur radio just isn’t exciting?

je jure n'avoir pas croisé ma consoeur cette semaine -la chose était possible pourtant. Mêmes sentiments, même propositions et recettes, mêmes signaux d'alarmes, même diagnostic de quasi mort cérébrale. 

 

Marc

 

Share this post


Link to post
F4DBD
Bonjour,

Mea culpa, lors de la rédaction de mon message j'ai fait une fausse manipe (Ctrl + enter) et certains ont malencontreusement reçu une ébauche assez éloignée de la réponse que je voulais apporter.
 
Bref, ce que je voulais surtout répondre c'est qu'aujourd'hui on a des tas de possibilités pour pratiquer l'électronique et la radioélectricité sans pour autant avoir l'envie ou le besoin de devenir radioamateur. A mon humble avis, passer l'examen se justifie si les avantages procurés sont une réelle nécessité pour son apprentissage ou ses objectifs. Le but, depuis les années 50/60 était clairement l'initiation à la radioélectricité accessible à tous, du boulanger au comptable en passant par toutes les couches sociales et permettre de communiquer entre eux pour faire avancer leurs connaissances.

Comme Marc (F6ITU) l'a expliqué très clairement, de nos jours le QSO n'est plus une finalité et ce n'est certainement pas cet aspect qui attirera les nouvelles recrues. L'initiation à l'électronique peut se faire en solitaire grâce à Internet. L'accès aux hypers fréquences reste probablement LE terrain de jeux le plus prometteur mais cela ne s'adresse qu'à une infime partie d'individus. C'est d'ailleurs comparable à ce qu'il se passait dans les années 20 lors de la découverte des ondes décamétriques, nous retournons aux fondements du radio-amateurisme...

La démocratisation d'internet et les réseaux sociaux ont probablement largement contribué à réduire la participation française (majoritairement composée de bavards) de 0 à 440MHz sans oublier les difficultés avec le voisinage pour dresser des antennes.

Le Wifi ou le bluetooth ouvrent une porte vers l'utilisation des très hautes fréquences pour celui qui veut jouer dans son coin même si on peut très vite être border line (quid des contrôles de l'ANFR ?).

Ceux qui gravitent autour des maker faires et autres DIY ont une grande autonomie sans devoir passer le moindre examen, régler la moindre taxe annuelle ou devoir respecter une règlementation. Dans ces conditions je pense qu'il est difficile aujourd'hui de leur vendre le radio-amateurisme. Entendons-nous bien, je ne pense pas que ce soit l'examen ou même la taxe annuelle qui rebutent fondamentalement. Est-ce juste la carotte qui n'est peut-être pas/plus aussi intéressante ou tout du moins qui ne sait pas/plus se montrer intéressante ? En tout cas aujourd'hui je crois qu'un radioamateur a peut-être plus intérêt à se rapprocher de ce vivier pour sa culture technique (voir sa survie) que l'inverse :D

Près de chez moi j'ai une station d'écoute de la surveillance du territoire. Pratiquement toutes les antennes décamétriques ont été démontées. Il ne reste plus que des paraboles et les hyper-fréquences vont très vite devenir chasse gardée. Dans ces conditions quel terrain de jeu motivant restera-t-il aux radioamateurs au dessus de 50 MHz dans les prochaines décennies ? Ce sera, alors, encore plus difficile d'attirer des "apprentis techniciens" vers cette activité sur des bandes quasi obsolètes.

Actuellement, au delà de 10GHz les pratiquants ne doivent pas représenter plus de 1% des radioamateurs en France. Hors d'un point de vu technique ce sont eux qui correspondent le plus à la cible du radio-amateurisme du 21 ème siècle. S'il est déjà difficile de faire parler de nous (en bien) avec moins de 15.000 "licenciés" avec à peine 150 c'est mission impossible.

Voilà pourquoi, si je devais comparer le radio-amateurisme à un navire, je dirai qu'il avance sur sa lancée depuis la fin des années 90 mais son allure décline fortement avec un gîte de plus en plus dangereux... La promotion de l'activité faite par des personnes qui sont venues au radio-amateurisme pour des raisons différentes de celles qui y viennent aujourd'hui n'est probablement pas la meilleure chose. C'est une remise en question profonde qui implique de prendre conscience qu'on prend de l'age et que la société change.
 
Est-ce la raison pour laquelle à chaque fois que nous abordons ce sujet il ne se passe, in fine, pas grand chose de concret ?

 

 

Share this post


Link to post
F4HTQ

Bonjour Frédérick,

Dans l'ensemble ça se tient, mais j'apporterais quand même un bémol sur le bricoleur a qui le radio-amateurisme ne peut rien apporter de plus qu'un fablab ou un apprentissage web.

Ne pas oublier que les radioamateurs sont le seuls à avoir le droit de fabriquer du matériel d'émission RF et de l'utiliser sans certification ou homologation ( que ce soit les TX ou antennes). Ce n'est pas rien, et ça a été une de mes principales motivations pour passer la licence. De plus, il y a du monde de l'autre coté, et donc des stations avec qui communiquer pour tester ses conceptions. Bref, ça vaut le coup de passer un examen ( particulièrement accessible) et de payer une taxe annuelle.

Au niveau des bandes libres sans licence, il reste les fréquences ISM ( et encore... il faut que le matériel soit homologué) et la bande CB ( et la aussi il faut une homologation).

Alors peut être qu'un jour un espace de fréquence sera ouvert aux bricoleurs non licenciés, mais aujourd'hui ce n'est pas le cas.

En ce qui concerne les bandes hyperfréquences, nous avons un OM au club qui est pas mal actif dessus, et ce qu'il nous montre au niveau construction donne clairement envie de s'y mettre. Mais ça sera dans un deuxième temps :)

Bonne journée.

David.

 

Edited by F4HTQ

Share this post


Link to post
F6ITU

Merci beaucoup Frédérick

Je vous rejoins sur bien des points. Sur tous, même. Je ne tire cependant pas tout à fait les mêmes perspectives (prognoses serait plus approprié, mais que ce mot est laid)

La majorité des radioamateurs qui trafiquent commettent souvent une erreur sémantique en confondant les notions de contact, de communication, de réseau.

Si vous vous référez à l’exposé de JonM

https://www.defcon.org/images/defcon-16/dc16-presentations/defcon-16-jonm.pdf

il ne raconte pas autre chose… et c’était il y a 9 ans. Il y avance un argument très intéressant : la peur du gendarme.

Et c’est un argument que je reprends souvent au cours de conférences. « hackez, go d1g1t4l », mais faites-le dans la légalité. Car la loi n’évoluera pas, elle est contrainte par des recommandations internationales, et les états ne sont pas du tout enclins à offrir (comme dans gratuitement) des plages de fréquences si convoitées par les opérateurs de services télécoms.

Quelques vieux birbes peu au courant du monde moderne vont arguer du fait que la jeunesse se moque des cadres légaux. Allez voir dans un club informatique, dans un hackerspace, voir dans une entreprise ayant engagé des spécialistes des tests de pénétration informatique s’ils se fichent de la loi. A l’évidence, c’est même un aspect des choses qui les préoccupe bien plus que les radioamateurs de la générations années 50 ou 90.

Profitons des limitations de la loi, ne demandons SURTOUT PAS son assouplissement. Condamnons ouvertement les libertés illégales des réseaux « voix numériques commerciales » qui tendent précisément à prouver que ce ne sont pas les générations hackers/makers qui se fichent de la loi, mais les stakhanovistes du céquiou DMRisé et D-Starisé -voir des déviances inadmissibles du hamnet tel que pratiqués par certains. Comment voulez-vous donner envie à de nouvelles générations lorsque les cacochymes du tumecopylamy violent le code pénal et le code des P&T sans vergogne ? elle est ou, l’exemplarité ? elle se cache ou, la volonté d’attirer les gens vers des techniques de communications qui sont niées, détournées par ces radioamateurs attachés à un réseau d’opérateur et qui bafouent leur propre cadre légal ?

Je ne parviens pas à comprendre cet abrutissement de notre milieu radioamateur, cet instinct de mort qui pousse la majorité d’entre nous à ne surtout pas suivre les fondamentaux du mouvement et à ne pas respecter le « contrat de mariage ».

En outre, je puis vous assurer, pour côtoyer beaucoup de hackers quasi quotidiennement, que se limiter aux fréquences ISM et aux puissances de nain « légales » ne les enthousiasme pas tant que ça. Le fait de pouvoir pousser à plusieurs centaines de W une « preuve de conception » ou exploiter une culture analogique (c’est souvent de cette manière qu’ils qualifient le « sans fil » au sens large) les attire aussi surement qu’une chandelle un moustique.

Ce n’est pas Internet qui a tué le radioamateurisme, ce sont les radioamateurs eux-mêmes, avec une constance et un acharnement sans égal, avec une bêtise et une courte vue difficilement explicable de la part d’un mouvement qui se dit scientifique et technique

La « taxe annuelle » n’est pas non plus un écueil. Elle est inférieure à ce que verse n’importe quel hacker/maker pour adhérer à son fablab ou son hackerspace. Et ils sont prêts à payer pour obtenir le droit d’étendre leur terrain de jeu de manière incommensurable. En revanche, vous payeriez, vous, pour adhérer à un radioclub après visité un de ces « tiers lieu » qui comptent en général plus d’instruments de mesure, plus d’outils, plus de partage de connaissance que tous les radioclubs réunis depuis ces 40 dernières années ?

Car après les radioamateurs, ce sont les radioclubs qui ont tué, eux aussi avec constance et acharnement, le radioamateurisme, en imposant des activités décérébrées, en donnant une image de notre activité sans le moindre rapport avec la réalité. Ils l’ont été, il ne le sont plus depuis longtemps

Sur le sujet des indicatifs spéciaux et autres billevesées, il faudrait que notre association représentative puisse tenter de mettre un frein à tout ça. C’est un problème politique qui nous échappe hélas.

J’achèverais par votre passage sur la « station d’écoute régalienne». En décamétrique et VHF, les procédés mis en œuvre, et notamment les réseaux de SDR utilisant des formes d’ondes complexeset des couches de chiffrement fort, ont rendu la surveillance des ondes quasiment inutile et vaine (à la rigueur quelques réseaux de pirates et de djihadistes, mais ils sont souvent trop stupides pour utiliser des embrouillages vocaux). En effet, pour écouter un réseau cognitif, il faut déjà connaitre l’algo de fonctionnement sans lequel il est impossible de se synchroniser sur le réseau que l’on souhaite espionner. La surveillance s’opère à un niveau différent, plus discret, et la disparition des installations n’est certainement pas une preuve d’obsolescence des techniques décamétriques. Loin de là.

 

Je reviendrais sur la seconde phrase de ma réponse :

La majorité des radioamateurs qui trafiquent commettent souvent une erreur sémantique en confondant les notions de contact, de communication, de liaison, de réseau.

 Communiquer : ce que nous (en général) faisons de plus en plus rarement. La majorité des échanges radioamateurs sont effectués, pour ma part, via Internet. Echanges de points de vue sur le devenir de notre passion -comme ici même- échanges techniques, aides à la réalisation, fabrication et sous-traitance de pcb, façades, boitiers etc, co-développement de projets radioamateurs (ou pas seulement), achat de composants… jamais période n’a été plus propice au développement de la radio, de l’expérimentation, de l’apprentissage, de la transmission du savoir. Les seuls à ne pas s’en rendre compte sont les radioamateurs. Oui, Internet sert, pour les OM, aus clusters, aux réseaux numériques, à l’achat de transceiver à boutons chromés… et même à des stations dans le Cloud, au payement à l’usage. C’est de l’internet de consommation, c’est le facebook de la radio dans ce qu’il a de plus vulgaire.

 Contacts  : ce que nous pratiquons de plus en plus, de manière totalement décérébrée. Je ne reviendrais pas sur ce point… cela n’a rien à voir avec les radioamateurs, les usagers du 27, les pirates du 6 MHz, les utilisateurs de PMR, agissent de même.

 Réseau : ce vers quoi nous devrions tendre : réseau de recherche, d’échange, de communication du savoir, réseau de radios numériques -hamnet sans les opérateurs et sans des numéros IP fantaisistes lorsque l’on a la chance de déjà posséder une classe B- réseaux de SDR -aka cognitif, utilisant de nouveaux procédés de communication- réseaux humains, de personnes regroupées sous une même bannière, capables de se retrouver ensemble sans avoir à tirer les rois, participer à un contest ou donner des « cours de passage à la licence ». En d’autres termes, pour bricoler, chercher, développer, « faire » au sens du « faber » latin.

C’est l’heure de ma leçon «les drivers Linux pour les n00b »…

Avec mes amitiés sincères

Marc

 

Edited by F6ITU

Share this post


Link to post
F4DBD

Merci à vous deux pour vos réponses et pour avoir compris le sens de mon intervention.

Je précise une petite chose : Lorsque j'écris que "le radio-amateurisme n'a peut-être plus d'intérêt pour les nouvelles générations ou pour ceux qui veulent toucher à l'électronique" je veux dire par là "en l'état actuel". Montrer un produit commercial made in Japan pour juste faire du Morse ou s'échanger un nombre, forcément de nos jours cela ne motive plus grand monde à passer un examen et régler une taxe. Le constat est clair, depuis 20 ans cela ne fonctionne plus...

Attirer des personnes de qualité plutôt que de ratisser large est un meilleur angle d'attaque. Il est nécessaire également de préciser que le radio-amateurisme n'est pas là pour occuper les cas sociaux ni pour être un palliatif aux maisons de retraites sans pour autant être réservé à une élite. Quitte pour cela à laisser un peu de côté l'histoire de la radio et orienter son discours vers l'avenir et le high-tech. Cela parlera certainement plus aux bricoleurs d'aujourd'hui.

Cerise sur le gâteau, en agissant ainsi le dialogue avec notre tutelle sera d'autant plus facilité.

Signe que les temps changent, aujourd'hui lorsque j'achète du matériel de mesure ce n'est pas forcément pour faire de la radio... cela commence par l'entretien de mes voitures :lol:

Le temps presse, agissons avant que nous tombions dans l'oubli.

Edited by F4DBD

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...