Jump to content
Guest

Promotion de l'activité radioamateur : nouvelle génération...

Recommended Posts

Guest F4BEW
Il y a 2 heures, F6ITU a dit :

Rotantacha

J'abonde dans le sens de Frédérick

Au nombre des initiatives personnelle, il faudrait que des OM bricoleurs puissent jouer le rôle "d'Elmer" comme cela se pratique en région 3. C'est dans le droit fil de ce qui a précédemment été dit : vendre l'idée du radioamateurisme aux radioamateurs (ou impétrants radioamateurs) 

Le risque est de tomber sur un parrain du genre "sam suffy jesaistout". Mais il est faible... ce genre de personnage est généralement affecté par une monstrueuse dose d'égoïsme et ne cherche jamais à aider autrui.

Stephan, je vais me permettre également de vous asticoter... la F4 est nécessaire, car ce n'est que le début du commencement des prémices de l'apprentissage de la radio (et autres disciplines connexes). La F0 -surtout dans les conditions actuelles de trafic-, c'est tout au plus du niveau d'une cigarette mentholée, activité fadasse qui sort tout de même un peu de l'ordinaire. Le passage de la F4, ça commence à arracher niveau "Gauloise Troupe sans filtre". Et tout ce qui suit après, et qui est accessible sans programme imposé, c'est de la cocaïne et choucroute garnie directement en intraveineuse. On passe aux drogues dures, et c'est amusant à un point que vous ne pouvez pas imaginer. 

Comme l'explique Frédérick, une grand majorité des OM s'est arrêté en chemin, car personne n'a donné à cette majorité un avant-goût de ce qui était possible, et peu ont eu l'énergie pour tenter "d'aller voir". 

ce serait bête de faire comme tout le monde

Marc

Bravo Marc ...jolie figure de style ...merci ..;)

Share this post


Link to post
F0CRU

 Bonsoir

Avant toute chose je n'ai parler de mon expérience que pour l'exemple, et pour en finir avec ma modeste personne je dirait que le résumé de Frederick montre exactement  mon parcours. Les RA que j'ai rencontrer a mes tous débuts m'ont exactement montrer le radioamateurisme comme vous le décrivez. Je n'ai vraiment commencé a prendre le fer a souder il y a environ dix soit dix ans après le passage de la F0.

Donc, j'en suis convaincu, surtout ne pas suivre mon exemple.

Donc,je le répète ici, tous à vos  blog, gitbub, iogroup ou autre pour promouvoir au mieux notre hobby. 

@ Marc, merci de votre intérêt, et je suis absolument d'accord avec vous. Je ne fais jamais de promesse que je ne peux tenir. Donc on verras bien dans les prochain mois....

73's

Stephan

 

 

 

 

Share this post


Link to post
F1TAY
Il y a 21 heures, F6ITU a dit :

Rotantacha

 c'est tout au plus du niveau d'une cigarette mentholée, activité fadasse qui sort tout de même un peu de l'ordinaire. Le passage de la F4, ça commence à arracher niveau "Gauloise Troupe sans filtre". Et tout ce qui suit après, et qui est accessible sans programme imposé, c'est de la cocaïne et choucroute garnie directement en intraveineuse. On passe aux drogues dures, et c'est amusant à un point que vous ne pouvez pas imaginer. 

Marc

Déjà que certain accuse les ondes de provoquer des cancers voilà que en plus elles provoqueraient des overdoses !

Pas sur que les comparaisons de Marc soit très pertinentes !

73 de Daniel

Edited by F1TAY

Share this post


Link to post
F6ITU

Quoi ?

Le "politiquement correct" ? la même raison qui a consisté à ne suuuuurtout pas froisser les amoureux du ronron du contest ? le "pas un mot au dessus de l'autre" ? le "ne faisons pas de vague" ? le "surtout n'utilisons aucun terme fort de peur de choquer" ? Le propos cauteleux, "ronds, allant dans le sens du poil" ?  Le lénifiant remboursé par la sécurité sociale au chapitre des laxatifs ?

C'est vivre dans la peur, dans la faiblesse du verbe, dans la mollesse d'opinion. J'utilise les images, les périphrases,

 les tournures adaptées à chaque situation, à chaque rythme de phrase. Pour les amoureux du plat et de l'incipide, je conseille la lecture de l'Agefi ou du Journal Officiel (et encore, l'édition pour enfants)

Marc

 

Edited by F6ITU

Share this post


Link to post
F6ITU

bonsoir

un tout petit peu de lecture, un tout petit podcast, celui de l'épisode 116 des "foundations of amateur radio" (les fondamentaux du radioamateur) de nos confrères VK (existe en version texte pour ceux qui ne captent pas la prononciation britisho kangouresque)

http://podcasts.itmaze.com.au/foundations/

Et notamment ce passage 

"As an Amateur Radio community we have come to collectively understand that in order for you to do anything in the realm of building or research, you need to hold more responsibility and that if you're on the so-called bottom rung of Amateur-dom, you really are only a button twiddler, appliance operator and not much of an Amateur at all."

a noter cependant que l'auteur se contredit souvent au fil de ses podcasts :-) 

Marc

 

 

Share this post


Link to post
F5LPR

Bonjour à toutes et à tous.

Les vacances sont terminées, cette discussion est en stand-by depuis dix jours, le Soleil est en furie et provoque quelques jolis PIDB et autres black-out, St Bath et St Martin sont dévastés et attendent aide et secours, autant de raisons pour revenir parler RADIO et électromagnétisme et surtout comment intéresser nos contemporains à un sujet qui les concerne tous...mais ils ne le savent pas !

Réactivons cette discussion car depuis le début de son ouverture j’en arrive à me demander si ce n’est pas nous – RADIOAMATEURS – qui avons une vision étriquée du monde radioélectrique dans lequel nous évoluons.

Cette déclaration peut vous paraître iconoclaste mais en y réfléchissant un instant on en arrive à ce dire qu’au lieu de chercher absolument à intéresser un maximum de personnes à la radio d’amateur ne serait-il pas plus judicieux que NOUS prenions conscience que nous nous trouvons devant des personnes qui ont fait de la radio un outil INDISPENSABLE à leur développement à tel point que TOUT LE MONDE fait de la radio ou dépend de la radio sans le savoir.

Pour commencer il serait tout aussi bon de rappeler que ce n’est pas l’homme qui inventa la radio mais la nature qui génère des rayonnements électromagnétiques depuis les premiers instants de l’Univers. L’homme a ensuite observé, calculé, expérimenté puis domestiqué le phénomène pour en faire SON vecteur de transmission universel, comme par exemple :

- Ouvrir à distance la porte de son automobile > radio.

- Wi-Fi, Bluetooth, télécommandes diverses, média radio/TV, téléphonie mobile > radio

- Suivre un drone ou piloter un jouet à distance > radio

- RFID, objets connectés, etc.…. > radio.

- Radioastronomie, observations météo, télécommunications spatiales > radio.

- Sécurité aérienne, maritime, routière, géolocalisation, radionavigation, GPS, Galileo > radio

- Pompiers, Police secours, ambulances, sécurité civile > radio

 

- Aujourd’hui pour pouvoir vendre un nouveau modèle d’automobile, fut-il d’entrée de gamme, il faut qu’il soit connecté, connectable, géo-localisable, GPS et que sais-je encore ?

La radio dans notre vie est devenue aussi banale que l’air que nous respirons (et tout comme l’air la radio devient polluée...mais cela est un autre débat).

Tous nos approvisionnements dépendent de la radio - lait, essence, pommes de terre, couches culotte ; toutes les transactions commerciales et financières internationales utilisent peu ou prou la radio. Si nous avions pour une raison quelconque un black-out radioélectrique total, donc plus de radio, LE MONDE ÉCONOMIQUE S’ARRÊTE !

Ironie de la chose, nous pourrions croire que s’il y avait une panne d’électricité le fonctionnement des systèmes radioélectriques en serait perturbé mais le plus paradoxal est que sans radio communications et sans radio télécommandes c’est la distribution d’électricité qui serait perturbée et surtout difficile à rétablir…..Comique mais également inquiétant !

LE MONDE ENTIER NE VIT QUE PAR ET GRÂCE A LA RADIO.

Le monde professionnel et commercial s’est approprié la maîtrise du phénomène hertzien depuis plus d’un siècle et aujourd’hui les pionniers que furent les radioamateurs sont comme des indiens ou des aborigènes dans une réserve………. Nous sommes tolérés !

Tout ce long préambule pour dire qu’au lieu de tenter de convertir quelques individus à notre vision souvent très passéiste du radio amateurisme nous abordions le sujet du monde électromagnétique avec ces mêmes individus sous un angle plus général je pense que nous rencontrerions davantage d’oreilles et d’yeux attentifs.

 

Il conviendrait de parler davantage de RADIO et moins des radioamateurs, moins de NOUS !

Ce sont les sciences et les mystères de l’électromagnétisme qui intéressent et pas nos communications à la Papa, fussent-elles avec un clavier, pas plus que nos collections de cartes QSL – moulins – châteaux – pigeonniers – fontaines…………... !

 

La démarche classique consiste naturellement à rechercher ce qu’il conviendrait de faire pour promouvoir nos activités mais c’est très rarement que nous nous interrogeons sur ce qu’il faudrait surtout éviter de faire pour ne pas nuire à l’image des radioamateurs. Ayant le triste privilège de résider dans un département sinistré de la promotion...:(, je peux puiser dans les mauvais exemples locaux mais je suppose, hélas, que sur la centaine de départements et territoires nous ne devons pas être les seuls à être très médiocres dans ce domaine. Il suffit de lancer une recherche avec – radioamateurs web Aude TV – et/ou - radioamateurs Aude – pour atterrir sur des sites et reportages vidéo qui sont de parfaits exemples pour faire fuir les impétrants. Au hasard nous allons trouver :

- Pages entières de photos de réunions très statiques, très gastronomiques et apéritives.

- L’incontournable rubrique nécrologique dont la liste est plus longue que celle des adhérents.

- Une rubrique formation soporifique, lourde de pages entières de formules tout droit sorties des cours de collège des années 70 à 80.

- La rubrique du corbeau avec règlement de compte à OK Corral !

- L’office du tourisme départemental avec châteaux, vélo, canaux, rando….. (tout y est)

- Sites avec des liens morts et surtout nous épargner les popups (brico machin ou les compléments alimentaires...Pas utile !).

- Réciter devant une caméra sa leçon apprise 20 ans auparavant et totalement périmée, comme évoquer le satellite Arsène ( off depuis 1993), comme l'A.R.T. (changement de nom en 2005), l’A.P.R.S. (qui n’est pas que de la géolocalisation, loin s’en faut !), et cerise sur le gâteau les OM de l’Aude (11) font du Météor SQUATTING … ?????? :blink:

- J’ai bien écrit SQUATTING – Nous SQUATTONS les météores….et ça nous sommes les seuls à le faire comme dirait une publicité connue. Cette activité extrêmement sportive et dangereuse consisterait donc à aller installer la station directement sur le météore. (mdr). :D

EN CONCLUSION - Imaginez un instant une personne intéressée par nos activités qui se serait déjà quelque peu renseignée sur l’environnement radioamateur et qui désirerait rejoindre les OM locaux. Imaginez qu’elle tombe sur ce genre d’informations….. mais elle part en courant, très vite et très loin voir ailleurs s’il n’y aurait pas une structure plus accueillante, moins ringarde et surtout plus crédible.

Heureusement, il reste quelques îlots de résistance et si on s’intéresse un tant soit peu aux discussions échangées sur les groupes spécialisés – Antennes – Digi - DSN – Hyper – MF, bandes basses à très basses - RadioAstro – souterrain Nicola/Fauchez ...etc, on se rend vite compte qu’il y a encore de la matière grise en mouvement face à la masse compulsive des communicants de loisir.

La RADIO c’est aussi, et surtout, autre chose que : Causer dans le poste !

Je sais que je ne vais encore me faire quelques ennemis féroces mais comme il a été dit dans de nombreux messages précédents, l’art de la promotion est AUSSI une affaire de professionnels car une mauvaise publicité ou une mauvaise image de nos activités peut s’avérer nettement plus contre productif que pas de promotion du tout.

Bonne méditation promotionnelle à toutes et à tous.

Cordialement – f5lpr – Denis.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
F4HTQ

Bonjour Denis,

En tant que natif de l'Ariège, donc département voisin, je n'aurais imaginé qu'il se passe de telles choses dans l'Aude. On y trouve donc autre chose que des vignes et du vent.

Sinon, sur l'ensemble je suis évidemment d'accord. Il y a tellement de choses à expliquer sur les ondes radios.

d'ailleurs, au makerfaire de Grenoble j'ai passé bien plus de temps a causer des ondes radios aux visiteurs.. que du radioamateurisme en soit.

C'est un sujet qui sait trouver son auditoire.

Bonne soirée.

David.

 

Share this post


Link to post
F8BHA

,Bonsoir a tous, sans oublier les deriver , comme un four a micro-onde, les laser visible et invisible ,les radars en tout genres ,d'une part

et d'autre part l'electronique  (vaste sujet).

Edited by F8BHA

Share this post


Link to post
F4HTQ

Pour ceux qui se seraient aventuré a ouvrir un bouquin de physique de seconde, vous y trouverez les ondes électromagnétiques dans une rubrique "santé".

Ce n'est pas un délire de l'éditeur, c'est le programme officiel

cadeau : http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/physique/IMG/pdf/programme_2nde_spc_v2017.pdf
a partir de la page 4.

( et pour la Chimie, c'est dans la rubrique sport).

Chez les pédagogues, ramener la science a quelque chose de concret à été reformulé en ramener a science a quelque chose qui n'a rien à voir... mais qui est concret.

Et avec ça on ose s'étonner d'un retour de l’obscurantisme... 

Share this post


Link to post
ON3ONX

:D ... :P  ... Denis, F5LPR ... ! 
Je t'ai lu comme si je lisais une intrigue que tu ne parviens pas
à lâcher tellement il est bon et que tu veux savoir la chute, le final.
F5LPR, bravo pour ton intervention.   J'ai adoré.

Share this post


Link to post
Guest

Bonjour,

Comme je suis à l'origine du sujet, j'essaierai de faire une synthèse d'ici à la fin du week-end.

 

73,
Philippe
PS : Denis, ça a bien muri ;-)

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour

Merci, Denis, pour ce constat. 

Si je devais résumer -puis en tirer les conséquences- j'écrirais : 

- la radio est partout, lire les exemples cités

- MAIS cette radio n'est rien sans un solide socle numérique (et au passage, ce n'est généralement pas la radio qui est la première perçue du public dans les exemples donnés, mais précisément l'aspect numérique, informatique) 

- il serait vain de croire qu'intégrer ces différents outils dans la panoplie des champs maîtrisés par les radioamateurs changeraient grand chose. Nous en avons une foultitude d'exemples dans le domaine numérique, Wifi, modulations "binaires". Certains OM se contentent d'enrichir Ubiquity et Icom plutôt que Yaesu, je ne vois pas trop la différence... c'est de la cibi, rien de plus. C'est l'aspect technique de ces objets, et non les objets eux-mêmes que nous nous devons de connaitre. Pour, par la suite, concevoir et construire nos propres outils

- au risque de radoter, j'estime que communiquer sur les radioamateurs, sous quelque forme que ce soit, relève de la volonté d'achever l'agonie de notre mouvement par un coup de grâce. Car toute communication, aussi bien faite soit-elle, débouchera irrémédiablement par un "mais ils font quoi d'autre ? allons voir"... et la "victime" de cette promotion fuira encore plus rapidement, car cacher l'état de décrépitude des radioamateurs derrière un paravent technique, aussi sexy soit-il, ne changera pas la réalité et accroîtra les déconvenues. C'est de l'intérieur que nous devons évoluer. C'est NOUS qui devons nous intéresser aux nouvelles évolutions de la radio. En priorité, afin de donner une image acceptable (partiellement seulement, je ne me fait pas d'illusion, le tropisme de la bibine du club, du contest et des activations a pourri le mouvement de la tête aux pieds, et faibles sont les partie qui ne sont pas faisandées) 

- si nous parvenons à ce stade, nul ne sera besoin de professionnels de la communication, les "affinités électives" et les "atomes crochus" feront le reste. (oui, bon, un peu de promo, mais plus tard)

La seule question qu'il faille poser aujourd'hui est "que fais-tu, toi, maintenant, pour redresser le niveau des radioamateurs dans notre pays". Une partie de la réponse peut être fournie par le mouvement hacker/maker (dans le sens ou "eux" peuvent nous apprendre des choses, et non l'inverse). L'autre partie s'appelle l'effort. L'effort de se remettre en question, de quitter notre zone de confort, de recommencer à bosser la théorie et la pratique en l'assaisonnant au goût numérique du jour.

Marc

 

 

 

 

Share this post


Link to post
F6FRA

Pour résumer, je dirai : Ce qui peut nuire le plus au radio amateurisme ce sont les radioamateurs eux-même :(

Ce dicton n'est pas de moi, mais d'un ancien président du REF, il se reconnaitra s'il passe par ici ;)

Share this post


Link to post
F6ITU

Il aurait pu ajouter "et en seconde position, les Présidents du REF ". Ceux-là même qui, tout en criant "au feu", encouragent -voir organisent- des contests, rapportent les "exploits" des activations, financent en parti l'Icomisation des clubs, entérinent la légitimité du consumérisme radio en cautionnant telle ou telle expo à 90% commerciale, continuent à supporter une infrastructure de clubs et associations départementales qui arborent le logo REF (ou DARC, ou RSGB, tous en sont frappés) qui sont autant de culs de basse-fosse de la pensée technique et de l'apprentissage scientifique. 

C'est une attitude symptomatique des différentes organisation nationale et même de nos instances internationales (commissions iarru des trois régions). Comment le Président en question peut-il rejeter la faute sur ses membres alors qu'il représente la tête du mouvement ? Car n'oublions pas qu'il est à l'origine de la stratégie du mouvement dont il a la charge.

il nous reste moins de 3 à 5 ans à survivre si nous (OM de la région 1) continuons à ne rien faire. Et ce n'est pas en jouant les pleureuses du théâtre antique que les choses iront en s'améliorant. 

Je préférerais qu'un Président du REF puisse tout mettre en oeuvre pour enfin affirmer "ce qui peut sauver le radioamateurisme, ce sont les radioamateurs eux-mêmes".

Sur la grosse dizaine de participants à ce fil de discussion (et peut-être un peu plus avec les "lurkers" ), combien sont prêts à agir personnellement ? 

voir à 1:04

"deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche"

Marc (zut, j'ai plein de sable dans mes godasse du coup) 

 

Share this post


Link to post
Guest
il y a une heure, F6ITU a dit :

combien sont prêts à agir personnellement ? 

Bien que tu l'ais déjà dit dans les messages précédents, peux-tu lister ce que tu comprends de l'action individuelle à mener ?

 

--

Merci pour l'extrait, je l'ai cité de nombreuses fois ici ;-)

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour Philippe

 

j'espère que d'autres ajouteront leur grain de sel.

Toute « recette » est un poison si elle est appliquée sans réflexion, bien entendu. Je n’ai pas particulièrement de formule magique et ne pense détenir aucune vérité mais…

-          Polluer les mailing list des différents radioclubs ou associations départementales pour recenser les quelques personnes intéressées par une activité réellement radioamateur. Envisager illico des projets de groupe qui, même s’ils ne sont pas « overkill » d’un point de vue technique, sont reproductibles et contemporains. S’il n’y a personne dans le département, rechercher dans la région, sniffer les vapeurs de flux. Il y en a toujours.

-          Convaincre le club local d’acquérir l’équipement minimum d’un labo amateur avec un espace bricolage. Et s’astreindre, même si c’est à tour de rôle, d’assurer à la fois une présence et une activité réelle. Quitte à y aller de sa poche. 10 pcb chez Seeed, c’est 16 balles de découverte et d’amusement. Votre dernier rosmètre Zetagi vous a coûté 10 fois plus cher et dégradé d’autant la qualité de votre ligne de transmission.

-          Bien entendu, contacter et adhérer à un hackerspace. Pour apprendre, pour apporter, pour en saisir l’état d’esprit. Pas pour « convertir ». Si, dans le pire des cas, votre radioclub local refuse d’investir dans un espace bricolage, faites sécession et allez faire chauffer l’étain-plomb dans le fablab du coin.

-          Publier ouvertement et proprement, via Github notamment, ses propres développements, tant firmware qu’électronique et méca. Ce qui veut dire, selon les perversions de chacun, s’atteler au C, à Python, à Kicad, à Freecad… ET DOCUMENTER ! il y a un espace Wiki pour chaque repository Github. Exploitez le ! c’est la devanture de votre pâtisserie technoïde et le meilleur moyen pour vulgariser.

-          Vous ne vous sentez pas l’âme d’un créateur ? peu importe ! reproduisez les réalisations OM des autres, car elles seront toujours plus riches d’enseignements que l’achat d’un matériel finis. Et faites le savoir, par le truchement des forums, des réseaux sociaux, des ML. Ce genre d’activité est incitatif, vous devenez le propagateur d’un crédo important : « pourquoi pas moi ».

-          Travailler sur des projets « non autistes », c’est-à-dire sortant du « destiné pour ma station à moi que c’est rien que pour elle ». Dans un tel contexte, le travail de groupe est primordial. Prenons exemple dans le milieu maker, qui est une référence en matière d’entraide, de conseils, de projets communautaires. Le radioamateur est devenu un égoïste solitaire, peu étonnant qu’il crève seul dans son caniveau.  

-          Ne pas craindre de participer à de tels projets s’ils sont initiés par des confrères d’autres pays. Non seulement on fait des progrès en rosbeef language ou en teutonne sprache, mais on apprend également beaucoup sur un plan technique (et l’on relève l’image de marque des OM français). Ah, que je regrette de ne pas entendre le Russe et le Chinois.

-          Développez, en groupe, une activité « mesure et instrumentation », car elle est formatrice, et pas seulement dans le domaine radioamateur. Si 10 % des radioamateurs rédigeait un « how to » différent sur l’art de bien utiliser un scope, un analyseur, un géné HF, nous n’entendrions plus les récriminations de ceux qui ne maitrisent pas l’anglais. Et du coup, cela tendrait à accroitre le cheptel des bricoleurs par le renfort des « laissés pour compte de la barrière linguistique».

-          Par voie de conséquence, cette activité « mesure » est parfaite pour justifier des projets de construction de groupe, plus ouverts que les projets radio.

-          Participer, en préparant la chose très en amont, aux manifestations du domaine scientifique et technique -nuit du hack, conférences « sdr accademy », causeries à la CCC camp, SHA2017, Defcon  et manifs du genre. Dissuader le club du troisième âge « L’amicale des QQE 06/40 » de venir faire une « animation QSO » durant la nuit des étoiles (crotte, personne pour faire une démo d’interférométrie de phase sur la bande 2 mètres ? ), refusez de participer aux « présences du REF départemental » à la fête du saucisson ou à l’anniversaire de l’amicale bouliste, surtout si ladite présence se limite à une table et 4 qsl épinglées sur un présentoir (j’oubliais… et quelques appareils de transmissions bien commerciaux)

-          Faire comprendre que la suspension (ou forte diminution) des activités « contest » et assimilées est une nécessité visant à décaper l’image de marque de notre mouvement. Revenir au voussoiement sur les ondes, bannir les « QSO prostate »… en quelques mots, élever le débat et le niveau des conversations,  viser l’élégance, la courtoisie (la fréquence m’appartient !) inciter le respect par le contenu de nos échanges.

-          Construire, peu à peu, les éléments de sa propre station radio. Si un nullissime technique de mon calibre y parvient, tout le monde le peut également. Il n’est pas de plus vif plaisir que de joindre une station avec un équipement home made.

-          Partager, sans cesse, les publications de nos confrères étrangers. En discuter sur les forums car notre « profil numérique » -notre attitude sur les réseaux publics- témoigne elle-aussi de la santé ou du délabrement de notre mouvement. Je frémis de honte lorsque tel OM clame sur Twitter son score TM0truc ou affiche la photo d’un shack ressemblant à la devanture de Sardif. Je jubile à la lecture des messages d’un Alexandru Csete ou à une contribution de F4GRX.

-          De manière générale, il me semble plus intéressant d’entendre parler du « this month in QEX » sur radioamateurs.org que de stériles débats sur « que pensez-vous du dernier ft4850-DX2 ». D’autant plus que les réponses du genre « ouai, vachement bien, mieux que le youplacom625 que j’ai eu durant 3 ans » n’apportent rien à personne. Quand bien même citerait-on les tests du labo de l’ARRL ou du DARC que cela serait toujours du comparatif consumériste.

 

 

De manière plus générale et à plus long terme

 

Intégrer les radioamateurs à la société civile. Cela ne veut pas dire « jouer les flics, les pompiers, les secouristes », mais prendre conscience que nous sommes un mouvement citoyen d’éveil aux sciences et techniques.

 

 

Share this post


Link to post
F4FEY

Bonjour

Je me permet d'ajouter juste mon témoignage. Surement un peu décousu.

Ce sujet a le mérite d'exister!

Je ne reviendrai pas ce qui a été dit sur ce poste, je partage grosso modo.

Je suis radioamateur depuis 2006 et agé de 42 ans. Donc plus très jeune et pas encore trop vieux :P

Je suis plutôt du genre bricoleur et swl plus qu'en émission.

Je partage cette passion avec une seconde : le modèle réduit RC, principalement de vitesse en bateau et voiture  (quasi 100% avec propulsion électrique)

Si cela peut aider je trouve que dans ces 2 passions la communication est trop axée sur le gigantisme...et c'est un comble notamment en modèle réduit...

Les personnes de mon age et surtout plus jeune habitent souvent dans des appartements ou des petits maisons avec jardin minimaliste. Au delà de l'aspect financier, c'est souvent un choix. Le logement plus modeste demande moins d'entretien et laisse plus de place aux loisirs. Je connais peu de gens de mon age ou plus jeune dont le rêve est d'entretenir un terrain de 5000M carré le WE. C’était davantage le cas avec la generation de mes parents.

Il y a aussi plus de mobilité professionnelle géographique ce qui n 'aide pas a s'installer durablement (on pense aux cartons)

Je constate également que les jeunes actifs ou mêmes les parents de mon age bougent beaucoup le we et durant les vacances.

En ce qui me concerne je suis surtout actif quand je ne suis pas chez moi...je constate également que de nombreux radioamateurs anglo saxon de ma generation font de meme.

Ainsi, lorsque je vois des promos faisant l'eloge de pylone et antennes gigantesques, je ne suis pas plus interessé que ca ou alors je vois plus cela dans une démarche collective. En d'autre terme, je trouverai plus normal que les radio club soient super équipés....Bon pour me contredire que suis bien content de contacter des om biens équipés quand je suis QRP :P.

Bon je vois bien que je n'apporte pas beaucoup de solutions...Ah si ... je reverrai de rencontres à la journée ou meme 1/2 journée dans les parc des villes ou zones touristique pour deployer des stations fielday qrp ou non ou chacun peut venir échanger et présenter ses réalisations (Y compris non RA?)

Bon c'est un peu décousu j'en convient mais si ca peut apporter....

PS: Je précise que j'ai un atelier dans mon appartement et des antennes sur le toit de fabrication 100% om!

PS : Je suis membre de l'arala RC de Nantes qui est composé de nombreux membres très ouverts avec de très bonnes initiatives (ex : rencontre avec la communauté des makers/fablab) c'est une chance.

Maxime F4FEY

 

 

Share this post


Link to post
F4GPJ
Il y a 2 heures, F6ITU a dit :

Bonjour Philippe

 

j'espère que d'autres ajouteront leur grain de sel.

Toute « recette » est un poison si elle est appliquée sans réflexion, bien entendu. Je n’ai pas particulièrement de formule magique et ne pense détenir aucune vérité mais…

-          Polluer les mailing list des différents radioclubs ou associations départementales pour recenser les quelques personnes intéressées par une activité réellement radioamateur. Envisager illico des projets de groupe qui, même s’ils ne sont pas « overkill » d’un point de vue technique, sont reproductibles et contemporains. S’il n’y a personne dans le département, rechercher dans la région, sniffer les vapeurs de flux. Il y en a toujours.

-          Convaincre le club local d’acquérir l’équipement minimum d’un labo amateur avec un espace bricolage. Et s’astreindre, même si c’est à tour de rôle, d’assurer à la fois une présence et une activité réelle. Quitte à y aller de sa poche. 10 pcb chez Seeed, c’est 16 balles de découverte et d’amusement. Votre dernier rosmètre Zetagi vous a coûté 10 fois plus cher et dégradé d’autant la qualité de votre ligne de transmission.

-          Bien entendu, contacter et adhérer à un hackerspace. Pour apprendre, pour apporter, pour en saisir l’état d’esprit. Pas pour « convertir ». Si, dans le pire des cas, votre radioclub local refuse d’investir dans un espace bricolage, faites sécession et allez faire chauffer l’étain-plomb dans le fablab du coin.

-          Publier ouvertement et proprement, via Github notamment, ses propres développements, tant firmware qu’électronique et méca. Ce qui veut dire, selon les perversions de chacun, s’atteler au C, à Python, à Kicad, à Freecad… ET DOCUMENTER ! il y a un espace Wiki pour chaque repository Github. Exploitez le ! c’est la devanture de votre pâtisserie technoïde et le meilleur moyen pour vulgariser.

-          Vous ne vous sentez pas l’âme d’un créateur ? peu importe ! reproduisez les réalisations OM des autres, car elles seront toujours plus riches d’enseignements que l’achat d’un matériel finis. Et faites le savoir, par le truchement des forums, des réseaux sociaux, des ML. Ce genre d’activité est incitatif, vous devenez le propagateur d’un crédo important : « pourquoi pas moi ».

-          Travailler sur des projets « non autistes », c’est-à-dire sortant du « destiné pour ma station à moi que c’est rien que pour elle ». Dans un tel contexte, le travail de groupe est primordial. Prenons exemple dans le milieu maker, qui est une référence en matière d’entraide, de conseils, de projets communautaires. Le radioamateur est devenu un égoïste solitaire, peu étonnant qu’il crève seul dans son caniveau.  

-          Ne pas craindre de participer à de tels projets s’ils sont initiés par des confrères d’autres pays. Non seulement on fait des progrès en rosbeef language ou en teutonne sprache, mais on apprend également beaucoup sur un plan technique (et l’on relève l’image de marque des OM français). Ah, que je regrette de ne pas entendre le Russe et le Chinois.

-          Développez, en groupe, une activité « mesure et instrumentation », car elle est formatrice, et pas seulement dans le domaine radioamateur. Si 10 % des radioamateurs rédigeait un « how to » différent sur l’art de bien utiliser un scope, un analyseur, un géné HF, nous n’entendrions plus les récriminations de ceux qui ne maitrisent pas l’anglais. Et du coup, cela tendrait à accroitre le cheptel des bricoleurs par le renfort des « laissés pour compte de la barrière linguistique».

-          Par voie de conséquence, cette activité « mesure » est parfaite pour justifier des projets de construction de groupe, plus ouverts que les projets radio.

-          Participer, en préparant la chose très en amont, aux manifestations du domaine scientifique et technique -nuit du hack, conférences « sdr accademy », causeries à la CCC camp, SHA2017, Defcon  et manifs du genre. Dissuader le club du troisième âge « L’amicale des QQE 06/40 » de venir faire une « animation QSO » durant la nuit des étoiles (crotte, personne pour faire une démo d’interférométrie de phase sur la bande 2 mètres ? ), refusez de participer aux « présences du REF départemental » à la fête du saucisson ou à l’anniversaire de l’amicale bouliste, surtout si ladite présence se limite à une table et 4 qsl épinglées sur un présentoir (j’oubliais… et quelques appareils de transmissions bien commerciaux)

-          Faire comprendre que la suspension (ou forte diminution) des activités « contest » et assimilées est une nécessité visant à décaper l’image de marque de notre mouvement. Revenir au voussoiement sur les ondes, bannir les « QSO prostate »… en quelques mots, élever le débat et le niveau des conversations,  viser l’élégance, la courtoisie (la fréquence m’appartient !) inciter le respect par le contenu de nos échanges.

-          Construire, peu à peu, les éléments de sa propre station radio. Si un nullissime technique de mon calibre y parvient, tout le monde le peut également. Il n’est pas de plus vif plaisir que de joindre une station avec un équipement home made.

-          Partager, sans cesse, les publications de nos confrères étrangers. En discuter sur les forums car notre « profil numérique » -notre attitude sur les réseaux publics- témoigne elle-aussi de la santé ou du délabrement de notre mouvement. Je frémis de honte lorsque tel OM clame sur Twitter son score TM0truc ou affiche la photo d’un shack ressemblant à la devanture de Sardif. Je jubile à la lecture des messages d’un Alexandru Csete ou à une contribution de F4GRX.

-          De manière générale, il me semble plus intéressant d’entendre parler du « this month in QEX » sur radioamateurs.org que de stériles débats sur « que pensez-vous du dernier ft4850-DX2 ». D’autant plus que les réponses du genre « ouai, vachement bien, mieux que le youplacom625 que j’ai eu durant 3 ans » n’apportent rien à personne. Quand bien même citerait-on les tests du labo de l’ARRL ou du DARC que cela serait toujours du comparatif consumériste.

 

 

De manière plus générale et à plus long terme

 

Intégrer les radioamateurs à la société civile. Cela ne veut pas dire « jouer les flics, les pompiers, les secouristes », mais prendre conscience que nous sommes un mouvement citoyen d’éveil aux sciences et techniques.

 

 

Bonsoir Marc

Vous avez fait une sieste et rêver ? oui cela devrait être comme vous l'écrivez si bien , espérons que tout ceci ne restera pas qu'une utopie , en passant ma licence en 2011 je m'attendait à ce que vous décrivez , la recherche , la science , la physique etc...

La promotion peut commencer déjà chez soi et autour, en expliquant que ce que nous faisons  , car bon nombre de personnes ne connaissent même pas nôtre existence !!  et il faut mieux valoriser le coté recherche technique de pointe , transmissions de dernier recours évidement , pour la collection , la réparation des vieux "bourzings" et autre CW  ,qui font parti d'un autre temps ( mais qui nous plaisent).

Et ce fameux Hamnet ? le grand patinage à la Française ! ça c'est pourtant  l'avenir ...dommage.

bonne soirée

Share this post


Link to post
F4GRX

Premier message ici...

Je soutiens a 100% (et pas 90%) tout ce qu'a dit Marc. Nous en avons élaboré certaines directions autour de quelques restaus parisiens, mais je suis incapable de présenter la chose aussi bien que lui, et je l'en remercie énormément. C'est un métier...

1 - marre du politiquement correct. toute opinion nuancée sur le sujet revient au suicide en faisant l'autruche.

2 - les points mentionnés comme actions par Marc n'ont rien d'utopique, tout est faisable MAINTENANT, il suffit de le décider. Nous, nous avons déja commencé. Je pense que nous avons nettement dépassé le stade de la choucroute garnie en intraveineuse, y compris le Riesling associé, et c'est pour ca qu'on se "permet" d'en parler avec assurance (enfin, surtout lui, moi j'ai pas sa patience :D).

3 - la recherche et la science et la physique? C'est important, mais je nous vois plus comme des ingénieurs réalisateurs que des théoriciens.

 

Et si l'avenir de Hamnet est de continuer a engraisser Ubiquiti alors je préfère qu'il n'y ait pas de Hamnet du tout.

Edited by F4GRX

Share this post


Link to post
F5PNI

Pour évoluer il faut savoir déclencher les passions, et c'est plutôt le contraire qu'il se passe venant de la masse des radioamateurs vieillissante, fermés sur leurs acquis, et qui ne souhaitent pas vraiment partager.

Pourtant, lorsque j'ai commencé la radio, il y a fort longtemps et en même temps si peu de temps, c'est un radioamateur qui m'a fait découvrir la radio d'une autre façon, et ce n'est pas par la physique ou la technique, mais simplement par la télégraphie.

Cibiste à l'époque, la grande époque de la CB du début des années 80, j'ai basculé avec l'idée d'aller plus loin, une fois que j'ai découvert le morse.

Donc, c'est la passion qu'il faut faire sortir des nouveaux, et le reste viendra.

Tant que l'on bassinera les jeunes avec nos histoires d'un autre temps, qui sont de l'age des dinosaures pour eux, nous ne pourrons pas prétendre faire perdurer notre hobby.

Le 08/09/2017 à 15:38, F6ITU a dit :

Le radioamateur est devenu un égoïste solitaire, peu étonnant qu’il crève seul dans son caniveau.

Le radioamateur Français, il faut le préciser, car il en est autrement dans les autres pays.

Sinon, pour Marc, je suis en partie d'accord avec certaines de vos remarques, pas dans tout, notamment la partie concours (contest), mais nous avons déjà échangé là dessus je n'y reviendrai pas.

Simplement que l'activité radioamateur est un tout, activité complète, qui comme dans d'autres domaines, comme Le présente Maxime, il y a des courses, épreuves qui permettent de tester leur matériel et d'évoluer, d'améliorer, afin d'être meilleur la prochaine fois.

A transposer, et c'est facile dans notre domaine.

 

Et la première solution est peut-être de se dire qu'il ne faut rien attendre du REF ou autre organisation, mais se prendre par la main localement. Pas pour présenter la vision d'une association quelle qu'elle soit, mais notre vision de notre Hobby.

Montrer notre présence, sans la réserver uniquement à nos confrères radioamateurs, comme cela se passe trop souvent, quel que soit le niveau d'importance de l'événement radio (brocantes locales, salons régionaux ou nationaux).

Edited by F5PNI

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour

 

Un grand merci à F5PNI, car sa réponse synthétise parfaitement ce contre quoi je lutte (n’y voyez strictement aucun grief personnel, je ne parle que du mouvement radioamateur pris dans son ensemble)

« pour évoluer,il faut savoir déclencher des passions ». Non, cela n’est plus vrai depuis une bonne trentaine d’années. Pour faire évoluer le mouvement, il faut déjà que le mouvement lui-même sache évoluer, sinon il ne provoquera que rejet. Il faut oublier tout espoir de convaincre d’éventuels impétrants radioamateurs tant que nous-mêmes n’avons pas atteint un certain niveau de « modernitude ».  Quelle passion serait capable de transmettre un radioamateur contemporain ? celle de la maitrise des SOC et systèmes embarqués ? celles de la fabrication de ses propres équipements ? celle de la maitrise des équipements utilisés ? celle de l’aisance tant dans la partie radio que dans la programmation ? celle de la sapience de la mesure et de l’instrumentation ? vous savez très bien que ce n’est pas le cas.

Ce n’est pas parce qu’un ou deux pourcents des radioamateurs bricolent qui leur SDR, qui leurs interfaces de transmission numérique, qui leurs codecs, qui leur bolomètre que cette exemplarité servira à éveiller des passions chez les autres. Les 80% de contesteurs et de « serial QSOteurs », de yaesuheurs et de raboteurs de touches de fonctions sous fldigi/digimaster/rig commercial continueront à foutre une sainte frousse au monde extérieur.

« Le radioamateur Français, il faut le préciser, car il en est autrement dans les autres pays »

J’ai eu le malheur de le croire…. Hélas non. Tous les pays sont frappés de cette même lèpre qu’est la communication de loisir. Même la Grande Bretagne, qui est parvenue à se ménager un segment 146 MHz pour les communications numériques expérimentales, fourmille de « allo céquiou tumecopy » qui insistent pour que ledit segment soit ouvert aux répéteurs vhf.. Je n’ose parler de la décrépitude du milieu Ibère, Transalpin ou d’Outre-Rhin : une minorité d’agissants ne sauve pas l’immense majorité de tous ces OM qui ont totalement perdu de vue les racines de notre mouvement.

Bien entendu, le principal point de contradiction est concentré dans les deux phrases « pas dans tout, notamment la partie concours (contest), » et « Simplement que l'activité radioamateur est un tout, activité complète, qui comme dans d'autres domaines, comme Le présente Maxime, il y a des courses, épreuves qui permettent de tester leur matériel et d'évoluer, d'améliorer, afin d'être meilleur la prochaine fois »

Sous prétexte que l’activité radioamateur « est un tout » et englobe donc les contests, chasses au renard et dxcc, il serait interdit d’en dire tout le mal que ces activités font au mouvement.

Si demain l’on invente un concours du rig qui possède le plus de bouton (on n’en est pas loin) il faudrait alors accepter cette formidable déviance. Et au passage lui conférer les dorures d’une quelconque valeur scientifique (les épreuves et courses qui permettent de tester le matériel... non, un matériel se teste avec des instruments de mesure, pas des épreuves)

-          Le contest est, sans le moindre doute, une activité intéressante en matière de résilience du matériel… à condition que ledit matériel soit de construction OM. Pour les appareils commerciaux, il suffit de se reporter à la colonne « mtbf »

-          Le contest représente plus de 80 % de l’activité radioamateur en europe, particulièrement en Europe sud. Il est paradoxale de dire que « l’activité radioamateur est un tout » alors qu’elle est réduite par cette dictature de la majorité au seul contest… a tel point que certains on affirmé que l’expérimentation et l’apprentissage, l’enseignement et la découverte des techniques étaient une vision « très personnelle » du radioamateurisme. Ce sont les racines de notre mouvement, c’est la RAISON PRIMAIRE ET PRINCIPALE pour laquelle l’administration nous octroie des fréquences. Abandonnez cet aspect de la radio, et ne vous étonnez pas qu’un jour, cette même administration vienne vous reprendre ce droit

-          Le contest n’est pas, comme certains ont osé le proférer, l'indispensable preuve d'occupation de nos fréquences. Nos administrations de tutelle n’ont cure du « taux d’utilisation », c’est un argument avancé par quelques boutiquiers de la boucle locale radio qui lorgnent sur nos bandes. Ce qui importe, c’est que nous utilisions ces fréquences à des fins d’expérimentation, et non pour assurer un taux d’usage de N bits par Hertz.

-          Le contest -ses règlements- occupe plus de 90% des bulletins de l’IARRU, c’est le leitmotiv des bulletins du REF (ça et les salons et comptes rendus de séances départementales d’une vacuité abyssale). Le rôle de l’iarru ? défendre les intérêts des radioamateurs face aux autres membres de l’UIT. Le rôle du REF ? la même chose vis-à-vis de notre administration de tutelle. Le rôle des associations départementales ? servir de relais au REF et faire rayonner les principes premiers du radioamateurisme au sein de la société civile. Et NON encourager de manière névrotique une seule activité, laquelle est d’ailleurs techniquement totalement périphérique à notre mouvement.

-          Enfin, s’il ne fallait retenir qu’un argument en défaveur de cette activité, c’est son aspect débilitant aux yeux des non-radioamateurs. Quand bien même le contest serait la panacée des tests et la quintessence de la radio (encore faudrait-il le prouver), nous devons choisir : soit donner une image de nous-mêmes qui soit positive, orientée sur la découverte, sur la maitrise des techniques, sur l’ouverture aux nouvelles techno, soit continuer à faire ce que nous faisons sous prétexte que « c’est ça  aussi la radio ». Que préférons nous : couler avec le bateau car nous tenons à ne surtout pas larguer, même momentanément, la gueuse en fonte qui vous plombe, soit souffrir durant trois ou quatre ans, le temps de renouer avec nos racines, en nous privant de « 59-657-céquiout-»… que l’on ne me dise pas que le sevrage sera dur.

 

J’achèverais avec la dernière phrase « Montrer notre présence, sans la réserver uniquement à nos confrères radioamateurs, comme cela se passe trop souvent, quel que soit le niveau d'importance de l'événement radio (brocantes locales, salons régionaux ou nationaux). »

Puis-je , ici encore, ne pas être de cet avis ? car ce serait une très bonne chose que nous réservions déjà, et en priorité notre « présence » et nos activités à d’autres radioamateurs afin de les ramener à des sentiments un peu plus radioamateurs, un peu moins « contact schizophrénique ». Cela pourrait avoir le mérite de leur éviter de se montrer dans des manifestations non radioamateurs en dégradant, un peu plus à chaque fois, l’image que nous donnons de nous-mêmes. Recrutons d'abord dans nos rangs.

A l’exception de Seigy, orientée bidouille, je n’ai toujours pas pigé l’intérêt des radioamateurs pour les autres kermesses à la plus grande gloire des fabricants de matériel. Le tout d’ailleurs partiellement payé avec les deniers des associations, les tickets d’entrée et donc par extension par la communauté radioamateur. Ce sont aux vendeurs de matériel d’assurer les coûts de telles manifestation. Et de payer encore plus s’ils souhaitent obtenir la « labelisation » du REF ou de l’IARRU. S'ils trouvent cela trop coûteux, qu'ils remballent leurs jouets... et vous savez bien qu'ils ne le feront pas, car, à l'instar des dealers, ils sont parvenu à maintenir notre communauté dans un état de totale dépendance. Leur économie repose sur la perversion du mouvement.

73'

Marc 

 

Share this post


Link to post
TK5MO

Bonjour.

Assez d'accord avec les remarques de Denis (F5LPR), car effectivement quand on assiste à une démonstration radioamateur, on trouve un type assis devant un TX, qui fait un QSO dont la banalité est affligeante... My name is, your report five-nine, my TX is, QSL via buro, and 73s.... Les QSOs suivants s’enchaînent avec les même litanies !

Peu passionnant, et les adeptes du gsm connectés au net se demandent quel intérêt on trouve à utiliser des monstres de TX et des antennes gigantesques, pour s'époumoner à transmettre de telles banalités à des inconnus, et tout cela au milieu de crachotements et du QRM...

Ce sont les QSOs qui tuent l'activité promotionnelle. Le QSOs doit être l'aboutissement de la technique, et non l'inverse. Une promo radioamateur devrait se faire sans QSOs. On expose des montages, des expériences, et on attirera des aficionados de l'électronique, du bricolage. Evidemment, il faut faire autre chose que fabriquer un émetteur uniquement "pour causer dans le poste". L'émetteur (et le RX) doivent étre des capteurs "en fin de chaine scientifique", afin d'assurer une liaison intéressante (données, mesure, image, telecommande..., et accessoirement parole).

Maintenant, ceux qui veulent juste "s'amuser" activeront leur chateau, le bistrot du coin ou autres QSOs Five-nineu...  Mais ce type d'activité doit être évitée dans les actions de "promotions", car honnètement, quel passion peut on trouver à "activer" le chateau du coin. Un Chateau, c'est une affaire de vieille pierre et d'histoire, cela se visite, la "radio" n'a pas de sens dans ce type de lieu...... et on se ridiculise à répéter pendant des heures des paroles sans intérêt.  Ajoutons à cela la moyenne d'age canonique des opérateurs, et on passe pour des vieux "has been". Pas de quoi attirer les jeunes qui assureront la relève....

Mais ce n'est que mon point de vue

73s

Dom

Share this post


Link to post
F5PNI

Au final, vous pensez les faire venir à notre "passion", juste avec la loi d'ohm et U=RI !!! Même pas possible !

Ce n'est pas très intéressant pour la jeune génération de maintenant. Ils préfèrent la dernière X-boxvistatruc, ou le dernier noksampple, où ils ont une appli qui fait communiquer tout en marchant dans la rue, ou les plus âgés font la même chose dans leur auto ou répondent via WhatsSkype tout en roulant. Et ne voient pas le piéton, le cycliste ou le motard qu'ils vont percuter. Voilà le fonctionnement du 21ème siècle de L'homoconnecté.

Alors, Je comprends votre point de vue, mais même en "recrutant" ou "rassemblant" dans nos rangs, je pense qu'il est déjà trop tard. Nous n'avons plus rien à offrir à notre communauté, puisque même pour l'utilisation de "nouveaux modes", hormis de rares cas, la communauté radioamateur prends tout simplement un concept commercial pour se l'approprier (DMR).

Alors qu'auparavant, ça fonctionnait plutôt dans l'autre sens.

Donc, il reste quoi, pas grand chose, nous serons pour certains, ou vous serez, ce que l'on appelle la cinquième colonne, d'un mouvement qui est décalé par rapport à l'air du temps et dont tout le monde se contrefiche. Je n'aime pas écrire cela mais il faut bien se mettre à l'évidence !

 

Share this post


Link to post
F4GPJ

Bonjour

Bien d'accord avec Marc et Denis , mais comment rajeunir les vieux !:lol: , il faut de tout pour faire un monde , et les radio-amateurs en font partie ,tout ceux qui s'intéressent à la radio , la pratique avec leurs moyens . Le problème majeur est que la réglementation n'est pas respectée , ce qui laisse prospérer toutes ces déviances ....

Il est difficile de contenter tout le monde et l'accessibilité au radio-amateurisme ne peut être réserver qu'aux seules ingénieurs , certains apprennent aux autres et publient leurs connaissances ( merci) , quand d'autres bougonnent dans leurs coin en pestant contre les ignares ce qui ne sert à rien .

Mais ça sert à quoi la radio de nos jours ?? je parle de notre hobby bien sur.

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...