Jump to content
News Radio

La DGE lance une consultation publique

Recommended Posts

F4HTQ

Bonjour,

Légalement, comment des radioamateurs peuvent s'opposer a ces tractations ?

Quels sont nos moyens de "peser" ?

vu que visiblement le seul interlocuteur de l'état.. est le REF ?

David.

 

Share this post


Link to post
F6ITU

Bonjour

Techniquement, le seul moyen est d'envoyer par mail une lettre expliquant les raisons du désaccord.

Je reste assez dubitatif sur les résultats de cette méthode, car l'opération est conduite avec un double lobbying.

Marc

Share this post


Link to post
Guest
il y a 24 minutes, F4HTQ a dit :

Bonjour,

Légalement, comment des radioamateurs peuvent s'opposer a ces tractations ?

Quels sont nos moyens de "peser" ?

vu que visiblement le seul interlocuteur de l'état.. est le REF ?

David.

 

Sans vouloir préjuger de la réponse possible de Robert, F6BHW, il y a au moins deux moyens :

1 - Répondre en masse à cette consultation publique avec des éléments tangibles et organisés, c'est à dire autrement que les conneries qui ont pu être envoyées à la précédente consultation ;

2 - Saisine au Conseil d’État : cela a déjà été fait (Juillet 1998) et a donné lieu à presque deux ans de galères et plus d'un an de fermeture des centres d'examen. Et si nous en sommes là aujourd'hui des relations avec l'administration, c'est essentiellement à cause de cette saisine. Je pourrais réexpliquer l'histoire mais c'est très long.


Nous n'avons aucun intérêt à aller en Conseil d’État car là, pour le coup, s'en serait quasiment terminé de toute évolution de la règlementation avant un très long moment.

Le seul moyen efficace que je peux voir, ce serait un groupe d'OM s'organisant autour d'une réponse à cette consultation avec l'aide d'un avocat et de conseils compétents. Un document correctement formalisé me parait la moindre des choses pour donner des éléments qui sortiraient les points litigieux soulevés par F6BHW.

 

--

Qui ira ? Ça c'est une autre question. Quand le REF a ouvert ses statuts pour que chaque OM puisse se présenter directement au CA de l'association, c'était le moment pour ceux qui criaient au scandale de 20 années gâchées de REF-Union, de prendre en main la destinée du REF et surtout, celle du service amateur en France.

Mais cette activité est éminemment individuelle, et à part faire de grandes phrases et mettre de longs discours en long, en large et en travers ici et ailleurs (les textes sont toujours à disposition sur le web pour les curieux), rien ne sera entrepris.

RIP 1.56 si ça reste en l'état.

--
Philippe

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
F4HTQ

Merci Philippe,

Quand on débarque dans le monde radioamateur on ne connais rien de tout ça, de cette historique et des manœuvres politiques.

 C'est un peu dépitant, mais il ne semble pas surprenant de subir des travers que l'on observe dans d'autres activités, comme par exemple les activités sportives.

David.

 

Share this post


Link to post
Guest
il y a 18 minutes, F4HTQ a dit :

Merci Philippe,

Quand on débarque dans le monde radioamateur on ne connais rien de tout ça, de cette historique et des manœuvres politiques.

 C'est un peu dépitant, mais il ne semble pas surprenant de subir des travers que l'on observe dans d'autres activités, comme par exemple les activités sportives.

David.

 

Pas de quoi, mais l'activité est centenaire, le REF et l'IARU sont dans leur 93ème année, il est donc un peu obligé qu'il y ait eu un tas d'histoires depuis tout ce temps, surtout que l'activité et les égos s'y prêtent à merveille. Et effectivement, c'est loin d'être la seule activité dans ce cas là.

Le reste, trop spécifique et personnel, en MP.

 

73,
Philippe

Share this post


Link to post
F4DBD

En résumé, pour les nouveaux venus :

Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s'étend, et s'enfle, et se travaille
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma sœur,
Est-ce assez ? dites-moi : n'y suis-je point encore ?
— Nenni. — M'y voici donc ? — Point du tout. — M'y voilà ?
— Vous n'en approchez point. » La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs,
Tout petit Prince a des Ambassadeurs,
Tout Marquis veut avoir des Pages.

Jean de La Fontaine en 1668 (350 ans plus tard c'est toujours d'actualité :P)

Share this post


Link to post
F6BHW

 

 

Bonjour,

 Oui Philipe de (ancien membre) votre idée de créer un groupe de travail pour intervenir dans les réunions, pour défendre le statut, me semble une bonne idée.

 Car il va y avoir une l’inflation de réponses a la DGE dans le cadre de cette consultation. Ces réponses iront bien entendu dans tous les sens. Il sera donc indispensable d’intervenir dans ces réunions ou un tri sera fait entre les différentes propositions.

 Car le risque de cette consultation c’est que les textes publiés soient très différents de ceux soumis à consultation publique. Car dans mon étude j’ai retenu et publié sur ce site que les plus graves juridiquement qui peuvent déréglementer cet activité mais il ya beaucoup d’erreurs dans ces textes

 L’Objectif étant de défendre le statut juridique et administratif actuel. Car toute déréglementation sera la fin du statut réglementaire et par suite de la fin de la reconnaissance de cette activité par l’Etat. Car c’est de ça qu’il s’agit.

 Et quand je vois qu’il y a en gros 10 radioamateurs qui sont intervenus sur ce dossier cela m’inquiète pour l’avenir !...

 Je trouve les associations pour le moment très discrètes ??? (Merci F4DBD pour les liens)

 Cordialement 73 Robert f6bhw

 

Share this post


Link to post
F4DBD

Bonjour Robert,

L'URC a réagit hier à sa manière (comme dab ?) :

https://www.news.urc.asso.fr/2018/04/19/enquete-publique-de-la-dge/#more-62391

Citation

Déjà quelques participations individuelles parviennent à la DGE, par des personnes en méconnaissance totale des dossiers, montrant ainsi à notre administration notre incapacité à concevoir des projets communs… Déjà en 2012, suite à l’enquête publique, la règlementation est parue sans aucune modification, il est fort à parier que ce sera le cas encore une fois, et il faudra encore attendre des années avant que les corrections soient apportées, si tant est que les associations se mettent enfin d’accord et surtout se concertent

On accuse souvent l’URC d’attaquer le REF, nous n’attaquons pas le REF, nous ne voulons pas voir disparaitre le REF, au contraire, nous voulons simplement que toutes les associations tiennent leur rang et leurs responsabilités :

  • Qui refuse la participation de certaines associations à des rencontres comme la Table Ronde Radioamateurs ?
  • Qui a dissout la CNRB dans laquelle siégeait l’URC ?
  • Qui rencontre soit disant l’administration en catimini et ne fait aucun compte rendu ? Rencontres tout à fait informelles puisque l’administration ne fait pas non plus de compte rendu. D’ailleurs tout comme l’URC, le REF n’a reçu aucune information concernant la publication de l’enquête publique (alors que la DGE s’était engagée) c’est un simple tweet qui a été envoyé…
  • Qui profère, à longueur d’éditoriaux des attaques contre l’URC ?
  • Qui voudrait régner sur le monde radioamateur et écraser les autres ?

Nous reprochons au REF sa politique, nous le faisons savoir parce que nous estimons que cette politique n’est pas en faveur des radioamateurs, de leur développement et de leur prospérité, nous ne nous attaquons pas aux personnes !

Voir l’article complet paru dans le bulletin n°2018-15

 

Suite à un tweet de la DGE, la blogosphère s’affole…

De quoi s’agit il ?

Comme tout décret qui doit sortir et qui n’est pas discuté à l’assemblée nationale, il est soumis à l’enquête publique… En décembre 2015, lors de la réunion avec l’administration, la DGE nous avait fait part de ce projet. Il s’agissait de corriger certains bugs de la parution du décret de 2012 :

  • Le complément pour Wallis et Futuna, terres australes qui n’était pas soumis au décret de 2012… Avec ajout de questions numériques qui ne figurent pas dans notre arrêté…
  • De la suppression définitive des classes 1 et 3 pour ne laisser que la classe 2 désormais appelée classe HAREC.
  • Règlementation de l’accès pour les radioamateurs aux ROP, qui avait été effacée dans le décret de 2012, qui passe d’interdit à autorisé sous conditions.

Les textes sont ceux qui ont été présentés en décembre 2015, aucune modification… Il aura fallu 6 ans pour réparer des erreurs d’un décret sorti trop rapidement entre les 2 tours des présidentielles. Nous avons travaillé avec l’administration depuis 6 ans, nous avons envoyé des dossiers et des demandes de corrections qui ont été approuvées par les services…Où sont passés nos dossiers ? Où sont les personnes avec qui nous avons travaillé étroitement ?

Comme le décret de 2012 reste inchangé, l’émission des jeunes non licenciés lors des contacts ARISS, reste interdite… Mais uniquement tolérée comme cela se fait depuis des années… Comme le programme de la licence HAREC n’est pas conforme à la TR61-02, notre licence pourrait ne plus être reconnue à la CEPT… Rien n’est réglé, rien ne s’arrange, d’ailleurs sommes nous connus de l’administration qui ne nous a même pas envoyé un mail pour nous avertir, nous avons comme tout le monde vu un tweet passer…

Nous avons jusqu’au 14 mai pour renouveler nos remarques, en espérant que ces dernières seront, cette fois, prises en compte. Nous jouerons le jeu une nouvelle fois et demanderons encore et encore :

  • 3 classes de licences conformément aux accords CEPT
  • Que toutes les fréquences qui sont allouées par l’IUT aux radioamateurs, soient disponibles en France
  • Collaboration étroite et régulière avec l’administration, sur les questions d’examen, ou allocation d’indicatifs exceptionnelles et temporaires ou dossiers spécifiques radioamateurs pour les demandes de fréquences satellites etc…

Alors que va se discuter à la CEPT, mi mai, une mise à jour de la licence débutant « Entry class » qui existe depuis 1989, il est grandement temps que les promesses successives de réformer le décret de 2012 soient tenues. Que l’engagement à respecter les accords CEPT soient tenus. Il est aussi grandement temps que toutes les associations prennent leurs responsabilités et arrêtent de blablater ou de se tirer les couvertures avec des « moi je » ou « les autres ne font que des conneries » car c’est l’avenir même du service amateur qui est en jeu…

 

Share this post


Link to post
F6BHW

Bonjour F4DBD, 

Merci pour le lien et les infos de l'URC, 

Je vois que les choses avances !...

Cordialement 73 Robert de f6bhw

Share this post


Link to post
F6BHW

Bonjour,

 Version 2 suite a la correction d’une coquille

 La DGE publie sur son site internet dans le cadre d’un appel à consultation publique 2 projets de textes réglementaires concernant les services d’amateur.

 Remarque préliminaire : Cette étude, a pour objet de décrypter juridiquement ces projets de textes afin d’envisager les conséquences prévisibles à moyen terme (...)

 1/ Voyons le projet de décret ;

Il faut d’abord préciser la nature d’un réseau indépendant cela est défini a l’article L. 32 du CPCE alinéa 4 qui précise : Réseau indépendant. « On entend par réseau indépendant un réseau de communications électroniques réservé à l'usage d'une ou plusieurs personnes constituant un groupe fermé d'utilisateurs, en vue d'échanger des communications internes au sein de ce groupe ».

Ce décret est pris en application du L. 33-2 précité. Première remarque ce texte ne concerne pas uniquement les radioamateurs (contrairement a ce que croient les radioamateurs) mais tous les utilisateurs d’équipements radioélectriques autorisés en application de l’art. L. 33-3 du CPCE.

 Pour les radioamateurs ; Ce décret prévoit des dispositions spécifiques et en premier lieu, l’identification et l’authentification obligatoire comme préalable à la connexion et à l’utilisation du réseau cela est un impératif juridique (c’est la loi) compte tenu de la définition même de ce type de réseau (Cf. art. 33-2 précité).

Les conséquences de cette procédure : Pour les radioamateurs en listes « orange » (dont votre serviteur) c’est très simples !..  Ils sont excluent de cette activité.  En effet, pour être conforme aux dispositions de l’art. L. 33-2, seuls les radioamateurs identifiables par les responsables gestionnaires du réseau peuvent accéder à ce réseau ! (cela est encore une application stricte de la loi  (Cf.l’art. L. 33-2 du CPCE).

 Remarque importante : Concernant l’accès à un réseau ; le radioamateur est en situation compliquée car si le gestionnaire du réseau refuse sa demande d’accès le demandeur n’a pratiquement aucun recours !  Sauf a monter son propre réseau !...

 A noter, qu’à ce stade une fois le décret publié au Journal Officiel, n’importe quelle association de radioamateur (ou un simple radioamateur) pourra ouvrir son réseau et le réserver à ses membres, à sa famille ou ses amis, resteront les problèmes pratiques et juridiques de l’interconnexion éventuelles de ces réseaux locaux ou nationaux entre eux  ??? (C’est la gestion des relais à la puissance 1000 !...)

 En deuxième lieu, le projet de décret précise que « Les équipements radioélectriques qui utilisent un réseau indépendant connecté au réseau ouvert au public ne doivent pas être modifiés et doivent être conformes aux exigences essentielles applicables. » Là encore il s’agit d’une application stricte de la loi et notamment de l’art. L. 34-9 du CPCE et de ses décrets d’application. Quelle sera l’application qui sera faite de cette disposition, il est difficile a ce stade de le dire. Mais en cas de perturbation du réseau public je fais confiance aux opérateurs pour faire appliquer la loi !...

 Mais juridiquement :. Le fait de connecter officiellement des installations de radioamateur au réseau public toute la réglementation des terminaux de télécommunication doit s’appliquer aux installations de radioamateurs connectés.

 Enfin il faut noter ; l’art. 45 alinéa 4 de la loi n° 91-1323 du 30 décembre 1991 de finances rectificatives qui a prévu que «Les stations des radioamateurs, personnelles ou des radio-clubs, qui constituent un élément d'un réseau indépendant, sont soumises à une taxe annuelle de 300 F par station répétitrice » cette disposition sera-telle sortie des oubliettes ??? Juridiquement cette taxe n’a jamais été abrogée !..

 Il est donc prévisible que ce type de réseau aura des conséquences importantes pour l’avenir du job. En effet, ce type de réseau d’accès privé est par ailleurs, « à la limite de la définition  du service d’amateur » au sens de l’art. 25 et de l’Art. 1.56 du Règlement des Radiocommunications.  En effet,  suivant Art. 1.56 du RR repris par le D. 406-7 du CPCE il est précisé  que « la notion d’intercommunication entre radioamateurs » est une caractéristique juridique essentielle du statut actuel du service d’amateur.

 Cette intercommunication « communication réciproque » (définition du Robert) entre radioamateurs n’est pas possible avec ce type de réseau privé ouvert aux seuls radioamateurs autorisés et éventuellement « choisis » par une association ou un groupe de radioamateurs. Car bien entendu, une association pourra toujours refuser cette demande !...

 En conclusion, je ne suis pas très sûr qu’il s’agisse juridiquement d’un réseau « radioamateur » (dans la mesure où il n’est pas ouvert à tous les radioamateurs). Mais simplement un réseau de Radio-télécommunication privé comme ceux des autoroutes de la SNCF ou de la RATP etc …D’ailleurs, pour mémoire ce « réseau radioamateur »  utilise les mêmes équipements et les mêmes normes techniques de bases.

 Avec ce décret, On peut envisager, sans risque de se tromper, une déréglementation de l’activité qui va valider une transformation déjà engagée du service d’amateur en deux parties ; d’une part « ceux qui font de la radio » et d’autre part, un réseau « radioamateurs de loisirs » genre CiBi ou du type « Fesse-Bouc » !...

 

 2/ Concernant l’arrêté, le gros problème c’est l’article 9 qui l’air de rien pose pour l’avenir les principes d’une déréglementation du service d’amateur ! (…)

 De quoi s’agit t-il ? Voilà le texte en cause : L’article 1er de l’arrêté du 21 septembre 2000 susvisé est complété ainsi un alinéa ainsi rédigé :

 « Toute démonstration de la manœuvre d’installation radioélectrique des services d’amateur ou d’amateur par satellite dans un but pédagogique intervient temporairement sous la responsabilité du titulaire d’un certificat d’opérateur des services d’amateurs équivalent à la classe HAREC de la recommandation T/ R 61-02 de la Conférence européenne des postes et télécommunications et utilisant son indicatif d’appel personnel figurant dans l’annuaire prévu à l’article 7-5 du présent arrêté. »

 D’abord, il faut rappeler que le service d’amateur, service de l’UIT, fait l’objet d’un statut officiel qui est très réglementé et protecteur actuellement au plan mondial et national ; examens, indicatifs, taxes etc..). Première question ; cette modification de article 1er de l’arrêté, est faites à la demande de qui ???, l’administration n’a pas dû inventer ce « charabia »  toute seule (…).

 La généralisation de cette dérogation par son l’introduction dans la réglementation, est excessive, inadaptée, dangereuse et de façon évidente va déréglementer et déstabiliser cette activité à moyen terme. Ce texte reconnait de fait le droit d’utiliser les bandes amateurs sans certificat d’opérateur et en utilisant un indicatif attribué à une autre personne.

 Ensuite, on doit se poser la question de la légalité de cette disposition qui est en totale opposition avec la réglementation actuelle issue notamment du « RR ». En effet, cet article autorise pratiquement n’importe qui à utiliser un équipement radioamateur. Simplement faut-il qu’un opérateur avec un indicatif soit présent ??? à coté de l’utilisateur ???. Il y a, là un manque de précision évident … Qui fait Quoi ???

 Je rappelle que l’Art. 1.56 du RR de l’UIT définit comme suit « Le Service d'amateur: Service de radiocommunication ayant pour objet l'instruction individuelle, l'intercommunication et les études techniques, effectué par des amateurs, c'est-à-dire par des personnes dûment autorisées, (…)  Dispositions reprises par la France par, l’art. D 406-7 alinéa 3 du CPCE qui précise explicitement que  « les Installations des radioamateurs, c'est-à-dire du service d'amateur et du service d'amateur par satellite définis au règlement des radiocommunications, ayant pour objet l'instruction individuelle, l'intercommunication et les études techniques, effectuées par des amateurs qui sont des personnes dûment autorisées (…)

 Sur le fond, l’administration, sentant le danger, a mise quelques bémols « un but pédagogique et qui doit être temporaire » et en plus l’administration très prudente ne précise pas si « la démonstration pédagogique » autorise le visiteur a « prendre ou non le micro ». Mais en pratique, la question ne se pose pas ! … et il va y avoir beaucoup de démonstration pédagogique à l’avenir dans les radio-club et ailleurs !.. .

 Ce texte imprécis dans sa rédaction actuelle et en violation de toute la réglementation internationale et nationale va permettre toutes les dérives … Cet article 9 doit être supprimé car il y va du statut et de la reconnaissance du service amateur (en cas de contentieux cette disposition serait très probablement annulée)

 

4/ Concernant l’annexe 1. Compte tenu que le projet d’arrêté indique explicitement que « Les fréquences indiquées ci-dessous le sont à titre indicatif. Seules les fréquences figurant dans le tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF), annexé à l’arrêté du 14 décembre 2017 sont celles applicables. »    Mon avis est simple a quoi sert ce texte juridique s’il n’a pas de valeur juridique ???

 

5/ Concernant l’annexe 2. Cette réécriture n’apporte rien de nouveau !.. Je ne vois donc aucun l’intérêt à la réécriture de cette annexe (…)

 

En conclusion : Ces projets de textes réglementaires auront probablement comme conséquences à terme; la déréglementation de cette activité.   Visiblement certains sectateurs, pour reprendre le terme de F6ITU, et « Responsables de machins », comme disait un homme politique célèbre, n’ont pas anticipé, par incompétence ou par intérêts, les conséquences de leurs actes (…)

 La majorité des radioamateurs j’espère, a compris les enjeux de cette réforme, tient à son statut officiel et va le défendre en rappelant les principes de base  « l’obligation du certificat d’opérateur et délivré par l’administration et l’intercommunication entre radioamateurs »

 Pensez aujourd’hui à défendre votre statut, dans 5 ans il sera trop tard (…)

 Cordialement

73 de Robert F6bhw

Share this post


Link to post
Guest

Bonjour,

Et merci d'avoir reposté vos commentaires.
 

il y a 18 minutes, F6BHW a dit :

La majorité des radioamateurs j’espère, a compris les enjeux de cette réforme,


Pour ma part je ne le pense pas, vu le nombre de personnes qui s'expriment ici sur le sujet. Je pense plutôt que tant qu'ils pourront faire de la cibi de luxe pour 46€ par an, ils ne bougeront pas le petit doigt.

Je suis persuadé que de leur interdire la pratique du FT8 serait plus efficace pour les entendre hurler à la mort.


Merci encore de votre participation.

73,
Philippe


 

Share this post


Link to post
F4HTQ
il y a une heure, (ancien membre) a dit :

Pour ma part je ne le pense pas, vu le nombre de personnes qui s'expriment ici sur le sujet. Je pense plutôt que tant qu'ils pourront faire de la cibi de luxe pour 46€ par an, ils ne bougeront pas le petit doigt.

Bonsoir Philippe,

c'est probablement vrai et c'est bien ce qui m’inquiète.

Si j'en crois les contacts que j'ai dans le monde radioamateur, nous ne sommes plus très nombreux en France à fabriquer le matériel avec lequel nous trafiquons ( peut être quelques dizaines ? ... pour m'a part j'en ai croisé que 5).

ça pèse pas lourd sur 15 000 radioamateurs.

A ce stade c'est du symbolique, on est au mieux des cautions pour garder un peu de crédibilité au message "les radioamateurs construisent leur matériel".

Et c'est bien dommage, car c'est tellement précieux d'avoir le droit de le faire..

Donc si quasiment plus personne ne construit, qui va défendre ce droit ? 

ça me fait un penser à la question de la presse et de la liberté d'expression. Si on ne l'utilise pas, et je dirais même si on en abuse pas un peu, elle va dépérir et finir par régresser par manque de soutiens.

Donc oui, j'ai bien peur que si la question se pose de la fin de la dispense d'homologation pour les radioamateurs en échange de quelque chose de parfaitement futile, il n'y ait pas grand monde pour préférer se passer de cette futilité.

Aprés il y a une vie hors du radioamateurisme. Si cette dispense d'homologation disparaît et que nous devons devenirs de simples consommateurs d'appareils radios, alors je passerais à autre chose. Car l'activité n'aura plus beaucoup d’intérêt.

David.

 

Edited by F4HTQ

Share this post


Link to post
Guest

Bonsoir David,
 

il y a 9 minutes, F4HTQ a dit :

Après il y a une vie hors du radioamateurisme. Si cette dispense d'homologation disparaît et que nous devons devenirs de simples consommateurs d'appareils radios, alors je passerais à autre chose. Car l'activité n'aura plus beaucoup d’intérêt.

Ceux qui s'intéressent à la technique, à l'électronique et qui passent du temps à étudier et expérimenter, trouveront toujours de quoi se satisfaire dans leur démarche. Si on regarde bien, ce ne sont pas les plus gros consommateurs de QSO et de QSL.

Mais effectivement, faire de la radio en étant un simple "appliance operator" est trop réducteur pour perdre son temps dans ce domaine.


73,
Philippe

Share this post


Link to post
F6BHW

 

Bonjour,

 Non, je ne pense que cette dispense d'homologation soit d’actualité pour la simple raison qu’effectivement la construction personnelle radioamateur est marginale et ne représente aucun danger dans la gestion du spectre !

 Le vrai danger pourrait venir de la déréglementation de cette activité. En gros pour faire simple un recul de l’administration dans son activité de gestion et de contrôle et donc par suite, une activité qui va dans tous les sens et sans contrôle. Cela est d’ailleurs un peu le cas actuellement. Le danger est là !..

 Avec à terme une activité qui se coupe en deux d’un coté la CiBi sur les bandes radioamateur (merci les associations de radioamateurs pour votre politique de recrutement depuis 30 ans). Et de l’autre coté quelques milliers de radioamateurs du type canal historique …

 De toute façon la première catégorie se fatigue vide et passe a autre chose (voir la CB en 1990 il y avait 4 millions de Cibistes ! Aujourd’hui la CB a disparue …)

 Cordialement

73 Robert f6bhw

 

Share this post


Link to post
F5AGB
il y a une heure, F6BHW a dit :

Avec à terme une activité qui se coupe en deux d’un coté la CiBi sur les bandes radioamateur (merci les associations de radioamateurs pour votre politique de recrutement depuis 30 ans). Et de l’autre coté quelques milliers de radioamateurs du type canal historique …

De toute façon la première catégorie se fatigue vide et passe a autre chose

Hum, vu le nombre d'om issus du 27 que je connais qui ont passé leur licence dans les années 90 et qui sont toujours là, je ne parierai pas la dessus...

Et heureusement qu'il n'y a pas que les oms "constructeurs" car vu leur petit nombre je ne sais pas si l'administration se soucierai de leur avis et encore moins de leur devenir.

Maintenant si la restriction à du matériel "homologué" ne s'applique que pour ce qui serai connecté à un réseau public, je ne vois pas le problème vu que ce n'est plus de la radio; notre status ne nous autorise déjà pas a fabriquer un modem ADSL pour faire de l'internet que je sache. Le vrai problème est plus cette autorisation d'interconnexion qui nous ferai passer à terme de Radio-Amateur à Réseau-Utilisateur.

73, Bruno

 

 

 

Share this post


Link to post
F4DBD

Bonjour David,

Il y a 11 heures, F4HTQ a dit :

ça pèse pas lourd sur 15 000 radioamateurs.

Désormais le chiffre avancé par l'administration est de 13285 indicatifs individuels.

73

Share this post


Link to post
F6BHW

Bonjour,

Merci f4dbd pour le lien concernant « l’étude de l’IARU » publiée par le REF. Je ne connaissais par cet élément de "propagande" du REF !...

Concernant l’organisation des examens du certificat des services d’amateur en Europe par des associations ; voici quelques informations importantes !

En effet, concernant cette enquête sur les conditions d’examen radioamateur présentée par le REF sur son site.  Il manque dans ce tableau un chiffre important ; c’est le taux de réussite dans les pays ou les examens sont organisés par une association.

 A  titre d’exemple en Grande Bretagne ;  ce taux était il y a quelques années de 90 a 96 % des inscrits aux différents examens. Ce taux est normal compte tenu des conditions très particulières d’organisation de ces "pseudo-examens".

 En effet, pour ces « examens » les questions avec les réponses sont publiques (disponibles sur internet) et donc connues par les candidats avant l’examen, qu’il n’y a pas de limite de temps pour faire les épreuves et qu’en cas d’échec il est possible de recommencer immédiatement !...  

 Le REF (association reconnue d’utilité publique en France !...) Organise dans les mêmes conditions ce type de pseudo-contrôle des connaissances en France pour le compte des Etats-Unis (…)

 Pour information : l’Art. 433-12 du code pénal prévoit « Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait, par toute personne agissant sans titre, de s'immiscer dans l'exercice d'une fonction publique en accomplissant l'un des actes réservés au titulaire de cette fonction. »

Cordialement

73 Robert f6bhw

Share this post


Link to post
F4HTQ
il y a 52 minutes, F5AGB a dit :

Et heureusement qu'il n'y a pas que les oms "constructeurs" car vu leur petit nombre je ne sais pas si l'administration se soucierai de leur avis et encore moins de leur devenir.

Bonjour Bruno,

Je ne pense pas que les effectifs soient liés au poids.

il y a 28 minutes, F4DBD a dit :

Désormais le chiffre avancé par l'administration est de 13285 indicatifs individuels.

Donc on est 13285. A l'échelle d'un pays de 65 millions d'habitants, ça nous fait un radioamateur pour 5000 habitants, soit 0.02%. C'est totalement insignifiant au niveau électoral ou politique. On organiserais une manif qu'il il faudrait mobilier les OM et leur famille  pour tenter de rivaliser avec la moindre descente dans les rues des étudiants d'une université de province. 

Ce n'est pas le nombre qui assure notre influence, mais le respect des traités internationaux. Et on serais 10 fois moins que les choses seraient, je pense, a peu prés identiques au niveau de notre influence et donc de nos droits.

Par contre, pour la trésorerie du REF ça serait forcement très différent.

David.

 

Share this post


Link to post
F4HTQ

Bonjour Robert,

il y a 15 minutes, F6BHW a dit :

A  titre d’exemple en Grande Bretagne ;  ce taux était il y a quelques années de 90 a 96 % des inscrits aux différents examens. Ce taux est normal compte tenu des conditions très particulières d’organisation de ces "pseudo-examens".

 En effet, pour ces « examens » les questions avec les réponses sont publiques (disponibles sur internet) et donc connues par les candidats avant l’examen, qu’il n’y a pas de limite de temps pour faire les épreuves et qu’en cas d’échec il est possible de recommencer immédiatement !...  

ah les souvenirs d'enfance...

3217586785_1_2_l8BE8FBq.jpg

:)

Share this post


Link to post
Guest
il y a une heure, F5AGB a dit :

heureusement qu'il n'y a pas que les oms "constructeurs" car vu leur petit nombre je ne sais pas si l'administration se soucierai de leur avis et

Je pense l’exact contraire : si nous n’étions que des OM constructeurs nous serions largement mieux considérés et nous obtiendrions bien plus que nous n’en aurions besoin, le tout avec respect mutuel.

Quand un groupe est homogène il est plus facile à mener.

— 

 

Share this post


Link to post
F5AGB
il y a 41 minutes, F6BHW a dit :

Le REF (association reconnue d’utilité publique en France !...) Organise dans les mêmes conditions ce type de pseudo-contrôle des connaissances en France pour le compte des Etats-Unis (…)

Faux, totalement faux !

Le REF n'est absoluement pas lié à cela. Ce sont les VE (OMs habilités pour cela par l'ARRL) qui font passer les examens, en général lors d'AG ou de salons.

Il est d'ailleurs possible de passer une licence Américaine tout les ans en Allemagne lors du salon de Friedrischaffen (qui n'est pas organisé par le REF il me semble).

Attention, a toujours vouloir dénigrer on fini par écrire n'importe quoi. 

73, Bruno (pas membre du REF)

Share this post


Link to post
F8DNX

Radioamateur c'est avant tout une passion ou plutôt plusieurs passions

On peut être constructeur, télégraphiste, avide d'hyper fréquence etc, diviser ces passions c'est tuer le radio amateurisme donc arrêtez de diviser et respectez les passions de uns et des autres.

Le danger est justement d'avoir lever les freins à l'examen:

- suppression de la telegraphie

- QCM

Il n'y a pas si longtemps, on trouvait des FC- F1 très techniques qui occupaient les Vhf et au dessus, leur véritable frein était la CW, mais on avait aussi les prémices de la CB en HF, ils était FB (licence allégée qui donnait accès à la HF en puissance restreinte (mon œil)

Quand j'envoyais un IRC ou un dollar sur un contact pour avoir la Qsl, j'étais émerveillé de la recevoir car j'avais l'impression de faire le tour du monde, aujourd'hui même ça est dématérialisé

De fait, oui maintenant nous avons de la CB à 46€ par an car qu'on le veuille ou non, le radio amateurisme est malheureusement devenu accessible à tous.

Tous les secteurs sont touchés par cette dévaluation, ainsi aujourd'hui on fabrique des ingénieurs en nombre mais quel est leur véritable niveau par rapport à un ingénieur qui à l'époque était un Monsieur.

ça n'a rien à voir quoique sur le principe c'est la même chose:

Il y a 30 ans lorsque que j'ai débuté dans les sports extrêmes, nous le faisions en autonomie complète et les gens nous voyaient comme une catégorie d'hommes à part, on ne le faisait pas pour épater la galerie, d'ailleurs nous restions très discret sur nos activités,  mais par plaisir de se surpasser.

Aujourd'hui les fédérations ont crée des sous catégories de ce sport accessibles à tous et de personnes hors normes nous sommes devenus des gens quelconques, et quand je vois des collègues qui arborent leur beau Tee-Shirt finisher au bureau qui les classe dans la catégorie champion de monde de leur quartier cela me fait sourire mais en même temps me désespère

 

Quand je dis sur mon premier message que je ne répondrai pas à la consultation, certains me diront qu'on peut considérer cela comme un aveu d'impuissance, à cela je leur répondrai, non, je suis juste lucide car rien n'arrêtera le déclin de notre activité pour la simple et bonne raison que le radioamateur d'aujourd'hui, qui fut un acteur de sa passion en son temps est devenu un simple consommateur.

Share this post


Link to post
Guest
il y a 8 minutes, F5AGB a dit :

Le REF n'est absoluement pas lié à cela. Ce sont les VE (OMs habilités pour cela par l'ARRL) qui font passer les examens, en général lors d'AG ou de salons.

Le REF n’organise pas mais on ne peut pas dire que cela leur déplaît. C’est un joyeux cheval de Troie pour montrer à l’administration ce que nous sommes capables de faire en toute autonomie.

Je veux bien qu’on joue sur les mots mais le REF a beaucoup communiqué sur le sujet, il promeut aussi l’initiative.

Et concernant la DSP sur le passage des examens puisque c’est de cela qu’il s’agit au fond, c’est une idée qui traine depuis autant de temps que la longévité au CA d’un certain administrateur bien connu.

Alors même si en jouant sur les mots le REF n’organise pas, il fait tout pour en tous cas.

Et moi je suis au REF...

 

Share this post


Link to post
Guest
il y a 22 minutes, F8DNX a dit :

 

Radioamateur c'est avant tout une passion ou plutôt plusieurs passions

 

Non Thierry ! Radioamateur = service amateur = une définition officielle. Si on sort de ce cadre la discussion n’a aucun sens.

Pour la division en petits groupes, je suis de ton avis. C’est d’ailleurs de l’incapacité du REF-Union à gérer toutes les activités que sont nés des groupes indépendants.

 

Share this post


Link to post
F8DNX
il y a 13 minutes, (ancien membre) a dit :

Non Thierry ! Radioamateur = service amateur = une définition officielle. Si on sort de ce cadre la discussion n’a aucun sens.

Pour la division en petits groupes, je suis de ton avis. C’est d’ailleurs de l’incapacité du REF-Union à gérer toutes les activités que sont nés des groupes indépendants.

 

Je suis en phase Philippe sur l'aspect définition officielle, mais il faut quand même être un passionné et aimer ce que l'on fait si on veut pouvoir s'épanouir dans une activité.

D'ailleurs si tu relis mon premier post sur ce sujet, j'écrivais qu'avant de mettre en place des nouveaux texte, notre administration ferait bien de faire respecter ceux déjà en place.

L'administratif, c'est un mal bien Français, raison pour laquelle nous nous sommes retrouvé avec un code du travail imbuvable.

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...